Archives pour la catégorie mathesis universalis

Un nouveau théorème de la Science internelle de l’Esprit, nouvelle anthroposophie réformée

https://reformescientifiquedelanthroposophie.wordpress.com/2017/05/04/un-nouveau-theoreme-de-la-science-internelle-de-lesprit-nouvelle-anthroposophie-reformee/

Publicités

Quelques liens pour un premier contact avec  le film « Premier contact » (Arrival) 

L’article définitif sur les aspects les plus philosophiques du film, même si je prends le contrepied de la tendance relativiste du film qui n’étonnera personne vu son origine « américaine du Nord » (différence entre Science, vraiment universelle si elle est véritablement scientifique, car se situant sur le plan spirituel-internel des Idées,  et langage, enlisé comme les religions d’ailleurs dans le plan vital, donc restant forcément, comme les religions , ethnique et particulier, ne pouvant devenir « universel » que par la guerre et le massacre, le Jihad, non par la libre recherche intellectuelle en commun):

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/16/premier-contact-arrival-2016-excellent-et-important/

Cela reste pour moi un grand film, malgré mes réserves…

Un groupe de sept articles (numérotation « 1234567 » en bas de pages) très criticables, mais ayant le mérite de mener aux bonnes questions, celles ayant trait aux « incohérences du scénario » et à sa façon de tomber dans les « visions d’avenir » de Louise, et aux transmissions d’informations de l’avenir vers le passé qui  s’affranchissent de la Science (la physique relativiste) et la contredisent :

https://oblikon.net/analyses/premier-contact-arrival-analyse-explication-de-la-fin-et-incoherences/4/

https://oblikon.net/analyses/premier-contact-arrival-analyse-explication-de-la-fin-et-incoherences/5/

https://oblikon.net/analyses/premier-contact-arrival-analyse-explication-de-la-fin-et-incoherences/6/
https://oblikon.net/analyses/premier-contact-arrival-analyse-explication-de-la-fin-et-incoherences/
Pour situer correctement le film et ce que ce site nomme ses incohérences , la théorie de la dualité entre monde physique et monde des Idées est nécessaire:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/a-propos-de-ce-blog-plan-vital-et-plan-spirituel-dans-leur-dualite-qui-est-louvert/
Ainsi que la dualité des deux sciences qui est associée à cette thèse :

Science du monde , du plan vital, qui est la physique, et « Science internelle des Idées » qui est une extension de la physique et de ses méthodes mathématiques au monde des Idées.
https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/13/le-jour-ou-la-terre-sarreta-film-de-1951-et-remake-de-2008/
Ce que les extraterrestres viennent « offrir » à l’humanité , et qu’ils appellent une « arme » (ou un « outil »)ce n’est pas un langage : c’est la Science internelle absolument universelle parce que faisant accéder la conscience directement au plan des Idées .. Leibniz parlait ainsi de la « Mathesis universalis » ou « characteristica generalis » comme d’un instrument permettant de calculer  en métaphysique et en morale comme en géométrie:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/la-conception-langagiere-de-la-mathesis-universalis-par-leibniz/
et il en parlait comme d’un langage, avec la même ambiguïté que celle du film . Mais une Science n’est pas un langage, qui est toujours enfermé dans le plan vital ou Nature .

« tentons donc, après la découverte d’instruments pour la vue et l’ouïe, de construire pour l’esprit un nouveau téléscope qui ne nous rapprochera pas seulement des étoiles mais des intelligences elles mêmes et qui ne rendra pas seulement visibles la surface des corps mais également les formes intérieures des choses. » : ceci est juste, si l’on comprend ce téléscope, qui est la Science internelle, comme rapprochant et unifiant les intelligences en leur permettant de voir directement les Idées (ou d’accéder directement au monde des Idées, ce qui est la même chose dite autrement) .

Cette Science cherchée et postulée (les anciens grecs n’appelaient ils pas ainsi la métaphysique ?) donne effectivement une nouvelle compréhension du Temps, mais à un niveau intellectuel (à condition de ne pas donner à ce mot un sens péjoratif, comme c’est la coutume aujourd’hui)pas sous l’aspect grossièrement matérialiste et « occultiste » de visions du futur comme en est gratifiée Louise Banks dans le film: ce genre de dérive revient à mélanger plan vital et plan spirituel, à refuser de prendre en compte la dualité qui est l’Ouvert, ou l’Abîme, ou la FENTE, dualité qui est la condition de toute réelle compréhension.

Cela dit, c’est un beau film, qui pose plus de questions qu’il ne donne de réponses (et c’est une bonne chose)

Il est bon de lire cette page avant d’aller voir le film :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Premier_Contact_(film)
Louise Banks est linguiste, Ian Donnelly est physicien , et leurs deux équipes travaillent en étroite symbiose. Et par une « vision » de Louise à la fin, nous apprenons qu’elle a transmis la connaissance des extraterrestres en un livre titré : » The Universal language » .. seulement l’ambiguïté demeure, et elle vient de ce que le film donne la prédominance à la femme linguiste sur l’homme physicien , au plan vital sur le plan de l’Idée : aucun langage ne peut être universel , parce qu’il appartient au plan vital-charnel et est donc forcément ethnique, particulier , « intéressé » à vaincre dans les guerres avec les autres « communautés » : seule la Science peut être universelle, à cause de sa forme mathématique, qui est essentielle à son statut de Science.


les recherches en géométrie projective inspirées de Rudolf Steiner

le livre à lire de Rudolf Steiner sur les « mathématiques et la réalité » est « La quatrième dimension » paru en traduction française aux éditions Triades, un résumé en anglais est ici :

http://www.science.anth.org.uk/archetype/arch01bk.pdf

en termes modernes, une géométrie se décrit au moyen d’un groupe de transformations et de ses « invariants ».

http://www.cis.upenn.edu/~cis610/geombchap6.pdf

une structure euclidienne permet d’appréhender, au moyen d’un norme dite euclidienne, les notions d’ordre métrique, distance et angle; la géométrie euclidienne, celle de notre espace « de tous les jours », est l’étude des transformations conservant les structures euclidiennes.

En somme, cette géométrie a eu un succès aussi prodigieux parce qu’elle permet de traiter la mesure et ce qui est mesurable, donc est nécessaire pour la physique, et d’abord pour la plus simple, comme celle de l’arpentage.

Elle a été complétée au 19 ème siècle par les géométries dites non-euclidiennes, riemanniennes ou lobatchevskiennes.

La géométrie de l’espace-temps de Minkowski , à 4 dimensions dont une de temps, est dite pseudo-euclidienne: c’est la géométrie de la théorie de la relativité restreinte.

En somme, ce qu’il faut retenir, c’est que la science moderne, la physique, newtonienne ou einsteinienne, traite de ce qui peut être mesuré, par des nombres donc, entiers, puis entiers relatifs (par soustraction) puis rationnels (fractions d’entiers, par division)), et enfin réels (par passage à la limite) ; viennent s’y adjoindre ensuite les nombres complexes (permettant souvent des écritures élégantes), les quaternions, et les nombres p-adiques.

Mais ceci n’a en somme , en dehors du champ purement mathématique, qu’un caractère formel : décrire et prévoir les résultats de mesures; cette physique, contrairement à ses prétentions, n’a pas de caractère vraiment explicatif.

Les « invariants » de la géométrie projective sont la collinéarité (des points alignés sont transformés en point alignés) et une quantité que l’on appelle le « cross-ratio » :

http://en.wikipedia.org/wiki/Cross-ratio

Un chapitre important en est la dualité et la polarité, qu’elle partage avec la moderne théorie des catégories (qui est omniprésente dans les expositions dites « modernes » ).

La dualité consiste à transformer les points en droites et les droites en points, tout en respectant l’incidence, voir  :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dualit%C3%A9_(g%C3%A9om%C3%A9trie_projective)

http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9om%C3%A9trie_projective

http://www.britannica.com/EBchecked/topic/478486/projective-geometry

ainsi, comme en théorie des catégories, il suffira de démontrer un théorème, et le théorème dit « dual » sera automatiquement démontré, un exemple célèbre étant le théorème de Pascal et son dual le théorème de Brianchon :

http://serge.mehl.free.fr/chrono/Brianchon.html

Les bases pour étudier les travaux de Nick Thomas, qui visent à rien de moins qu’à rénover complètement la physique , sont sur son site :

http://www.nct.anth.org.uk/

où l’on trouve notamment un commentaire de la « quatrième dimension » de Rudolf Steiner :

http://www.science.anth.org.uk/archetype/arch01bk.pdf

Voici le schéma fondamental des recherches de Nick Thomas :

il ne se limite plus à l’espace « externe », qui est celui de la physique (où il peut être abordé mathématiquement selon les géométries euclidiennes, minkowkiennes, riemanniennes, ou autres), mais distingue aussi un « contrespace » (counterspace) ou « espace négatif » qui a été découvert par l’investigation spirituelle de Steiner. Ce contrespace pourrait être appelé « internel », tout y est « inversé » par rapport à l’espace : l’infini y devient un point « infiniment intérieur »

Ce contrespace est, en géométrie projective,  en relation de polarité avec l’espace , ce qui s’exprime par des relations algébriques très précises, et permet des calculs qui ne le cèdent en rien en rigueur mathématique à ceux de la relativité générale ou de la mécanique quantique.

Mais cette « nouvelle physique » échappe aux deux grands travers de la physique actuelle :

– le temps géométrisé et devenu une « dimension » , ce qui a provoqué les critiques bien connues de Bergson et Heidegger auxquelles il n’a jamais été, à mon sens, répondu de manière satisfaisante : le temps est de l’ordre de l’esprit, il ne saurait s’évaluer de manière « calculatoire » à la manière de l’espace…ou alors pour les pointeuses en usine, instrument par excellence d’Ahriman..

-l e manque d’intelligibilité en mécanique quantique, pointé avec humour par Richard Feynman :

 « si vous avez compris quelque chose à la physique quantique, c’est que vous n’avez rien compris » 

parallèlement, on ne peut que noter l’incroyable efficacité de prévision de résultats de mesures de ces deux physiques , relativité générale et quantique, respectivement à l’échelon du macrocosme et du micro , de l’infiniment petit. Beaucoup de nos intruments modernes sont basés là dessus, les GPS par exemple, ce qui constitue une vérification quotidienne qui ne saurait être remise en cause.

Mais…

le sens de l’existence humaine est il mesurable ?

ne se situe t’il pas plutôt dans cet « espace internel« , déouvert par le pionnier Rudolf Steiner, et qui ne risque pas, comme le Far West, d’être un jour envahi par les racailles et autres tenanciers de bistrots…

il m’évoque ce magnifique poème de Rilke :

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/rainer_maria_rilke/dis_moi_rose_d_ou_vient.html

« Dis-moi, rose, d’où vient
qu’en toi-même enclose,
ta lente essence impose
à cet espace en prose
tous ces transports aériens ?

Combien de fois cet air
prétend que les choses le trouent,
ou, avec une moue,
il se montre amer.
Tandis qu’autour de ta chair,
rose, il fait la roue. »