Archives du mot-clé Badiou

DIEU EST MORT

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-jean/3282-chapitre-19

Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le manteau d’écarlate, et Pilate leur dit:

« Voici l’homme. »

 

 

 

DIEU EST MORT

en cette formule réside à mon sens tout le christianisme, c’est à dire toute la Vérité.

mais, bien sûr, la Vérité qui est Dieu, la voie, la vérité et la vie, ne peut résider en une formule…pas plus que Dieu, le Parfait, l’Immortel, l’Eternel, l’Infini, ne peut mourir et s’anéantir…

Parménide : l’Etre est, le non-être n’est pas

http://philoctetes.free.fr/uniparmenide.htm

« Allons, je vais te dire et tu vas entendre
quelles sont les seules voies de recherche ouvertes à l’intelligence;
l’une, que l’être est, que le non-être n’est pas,
chemin de la certitude, qui accompagne la vérité »

Krishna ne dit pas autre chose :

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Bhagavad_G%C3%AEt%C3%A2/Chapitre_2

« Jamais ne fut le temps où nous n’existions, Moi, toi et tous ces rois ; et jamais aucun de nous ne cessera d’être.

« Les maîtres de la vérité ont conclu à l’éternité du réel et à l’impermanence de l’illusoire, et ce, après avoir étudié leur nature respective.

L’Etre EST : il ne peut pas « ne pas être »

Cela coule de source !

et pourtant :

DIEU EST MORT

ce n’est pas une vérité, comme « la marquise sortit à 5 heures » ou « tout corps fini est commutatif »

C’est La Vérité

« Aussitôt que la vérité trouve un ennemi à sa taille, elle dépose l’armure de l’ubiquité et se bat avec les ressources même de sa condition ». (René Char)

Badiou commente longuement cet aphorisme de Char  le 15 décembre 2004 :

http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/04-05.htm

Badiou pense la formule « Dieu est mort » comme la mort du Dieu vivant de la foi (chrétienne), pas la mort du dieu -géomètre des philosophes, qui n’a jamais été vivant.

Il distingue de ces deux là le « dieu des poètes » , que d’autres cherhcent comme le « dieu à venir de la poésie » (poésie comme aboutissement de la métaphysique ):

http://noesis.revues.org/index34.html

« Alain Badiou a proposé une définition du type de rapport spécifique qu’implique ce « Dieu des poètes », qui n’est ni le Dieu vivant des religions chrétiennes, ni le Dieu-géomètre des philosophies classiques. Ni mort avec la foi comme le premier, ni invalidé par la critique de la métaphysique comme le second, il s’est simplement retiré et doit un jour faire retour. La tâche propre du poète, selon la lecture de Heidegger que fait Alain Badiou, est alors de porter dans la langue la pensée de ce retrait et « de concevoir le problème de son retour comme une incise ouverte dans ce dont la pensée est capable3 » . Le rapport au Dieu poétique n’est donc ni un rapport de deuil, comme celui qu’implique le Dieu mort des religions, ni un rapport critique, comme celui qui convient au Dieu-Principe des métaphysiques, mais un rapport, au sens propre, nostalgique« 

seulement aucune de ces pensée ne s’élève à la hauteur de l’inouï évangile nietzschéen , que le Prométhée fracassé de Sils Maria a payé..de sa vie et de son sang (le sang comme gage du sérieux des écrits, des formules) . Et certainement pas Badiou, contrairement à ce qu’il pense..de lui même :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20091217.BIB4616/finkielkraut-badiou-le-face-a-face-2-5.html

« Ces questions sont insignifiantes, c’est ça ma conviction. Moi je suis sur ces questions un nietzschéen rigoureux. Dieu est mort, et depuis longtemps. Donc il faut partir de l’idée que quand on est face à de phénomènes dits de civilisation ou de religion, ils dissimulent autre chose que leur qualité apparente. Qu’est-ce qui se tient vraiment là-derrière ? On ne voit pas de nouvelles figures mystiques, des  penseurs religieux profonds, une théologie novatrice, etc. On ne voit rien de ce genre. On voit des agitateurs organisés, des attentats anonymes, des phraséologies tout à fait stéréotypées. »

http://fr.wikisource.org/wiki/Ainsi_parlait_Zarathoustra/Premi%C3%A8re_partie/Le_prologue_de_Zarathoustra

« Et que fait le saint dans les bois ? » demanda Zarathoustra.

Le saint répondit : « Je fais des chants et je les chante, et quand je fais des chants, je ris, je pleure et je murmure : c’est ainsi que je loue Dieu.

Avec des chants, des pleurs, des rires et des murmures, je rends grâce à Dieu qui est mon Dieu. Cependant quel présent nous apportes-tu ? »

Lorsque Zarathoustra eut entendu ces paroles, il salua le saint et lui dit : « Qu’aurais-je à vous donner ? Mais laissez-moi partir en hâte, afin que je ne vous prenne rien ! » — Et c’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre, le vieillard et l’homme, riant comme rient deux petits garçons.

Mais quand Zarathoustra fut seul, il parla ainsi à son cœur : « Serait-ce possible ! Ce vieux saint dans sa forêt n’as pas encore entendu dire que Dieu est mort »

et si Nietzsche , ce Nietzsche « en lutte contre son temps » qui fut avec Goethe le Maître du jeune Rudolf Steiner, la « condition sine qua non » sans laquelle le christianisme de Steiner n’aurait jamais vraiment rompu avec… les discours poétiques ou rationnels ou mystiques sur Dieu, sans laquelle cette révolution de pensée qu’est l’anthroposophie n’ aurait jamais émergé…

et si Nietzsche était par dessus tout et tous…

chrétien ????

lisons la suite du discours de Zarathoustra, qui explicite la « formule » :

« Voici, je vous enseigne le Surhumain !

Le Surhumain est le sens de la terre. Que votre volonté dise : que le Surhumain soit le sens de la terre.

Je vous en conjure, mes frères, restez fidèles à la terre et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs supraterrestres ! Ce sont des empoisonneurs, qu’ils le sachent ou non.

Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée : qu’ils s’en aillent donc !

Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu’il y a de plus terrible maintenant, c’est de blasphémer la terre et d’estimer les entrailles de l’impénétrable plus que le sens de la terre ! »

Autrefois : avant le Golgotha !

lors du Mystère du Golgotha, Dieu s’est lié à la Terre, en assumant la condition humaine mortelle et en répandant son…Sang !

c’est cela, l’ affirmation anthroposophique, et rien d’autre : et je la vois préfigurée en le discours de Zarathoustra !

Le sens de la terre c’est :

DIEU EST MORT

acte d’Amour incompréhensible et plus Absolu que tout absolu pensable ou non

Il y a la Terre comme planète qui se meut dans l’espace : Copernic, science moderne.

Et il y a la terre qui « remonte au ciel » (dans le malebranchisme, la philosophie chrétienne par excellence), qui n’est autre que le sens de la terre, chez Nietzsche et Steiner.

le miracle, la Véritévivante (et non plus factuelle ou géométrique) , consiste à faire tenir ensemble ces deux « terres » !

C’est le mystère du Golgotha qui accomplit ce miracle!

J’ai longtemps cité ces lignes de Brunschvicg comme accomplissement de toute la philosophie :

« Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi. Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.

 

Et celui-là seul est digne de la prononcer, qui aura su apercevoir, dans l’expansion infinie de l’intelligence et l’absolu désintéressement de l’amour, l’unique vérité dont Dieu ait à nous instruire…. »

au fond, il est là, le passage de la philosophie à l’anthroposophie :

car comment l’expansion infinie de l’intelligence sera t’elle obtenue , sinon en méditant sans cesse cet acte absolument incompréhensible de Dieu qui se fait homme et meurt ?

et où l’absolu désintéressement de l’amour sera t’il trouvé, sinon dans cet acte d’Amour absolu de Dieu endossant la condition humaine, sur la Terre qui virevolte dans l’espace ?

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-jean/3282-chapitre-19

Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le manteau d’écarlate, et Pilate leur dit:

« Voici l’homme. »

 

 

 

DIEU EST MORT

en cette formule réside à mon sens tout le christianisme, c’est à dire toute la Vérité.

mais, bien sûr, la Vérité qui est Dieu, la voie, la vérité et la vie, ne peut résider en une formule…pas plus que Dieu, le Parfait, l’Immortel, l’Eternel, l’Infini, ne peut mourir et s’anéantir…

Parménide : l’Etre est, le non-être n’est pas

http://philoctetes.free.fr/uniparmenide.htm

« Allons, je vais te dire et tu vas entendre
quelles sont les seules voies de recherche ouvertes à l’intelligence;
l’une, que l’être est, que le non-être n’est pas,
chemin de la certitude, qui accompagne la vérité »

Krishna ne dit pas autre chose :

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Bhagavad_G%C3%AEt%C3%A2/Chapitre_2

« Jamais ne fut le temps où nous n’existions, Moi, toi et tous ces rois ; et jamais aucun de nous ne cessera d’être.

« Les maîtres de la vérité ont conclu à l’éternité du réel et à l’impermanence de l’illusoire, et ce, après avoir étudié leur nature respective.

L’Etre EST : il ne peut pas « ne pas être »

Cela coule de source !

et pourtant :

DIEU EST MORT

ce n’est pas une vérité, comme « la marquise sortit à 5 heures » ou « tout corps fini est commutatif »

C’est La Vérité

« Aussitôt que la vérité trouve un ennemi à sa taille, elle dépose l’armure de l’ubiquité et se bat avec les ressources même de sa condition ». (René Char)

Badiou commente longuement cet aphorisme de Char  le 15 décembre 2004 :

http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/04-05.htm

Badiou pense la formule « Dieu est mort » comme la mort du Dieu vivant de la foi (chrétienne), pas la mort du dieu -géomètre des philosophes, qui n’a jamais été vivant.

Il distingue de ces deux là le « dieu des poètes » , que d’autres cherhcent comme le « dieu à venir de la poésie » (poésie comme aboutissement de la métaphysique ):

http://noesis.revues.org/index34.html

« Alain Badiou a proposé une définition du type de rapport spécifique qu’implique ce « Dieu des poètes », qui n’est ni le Dieu vivant des religions chrétiennes, ni le Dieu-géomètre des philosophies classiques. Ni mort avec la foi comme le premier, ni invalidé par la critique de la métaphysique comme le second, il s’est simplement retiré et doit un jour faire retour. La tâche propre du poète, selon la lecture de Heidegger que fait Alain Badiou, est alors de porter dans la langue la pensée de ce retrait et « de concevoir le problème de son retour comme une incise ouverte dans ce dont la pensée est capable3 » . Le rapport au Dieu poétique n’est donc ni un rapport de deuil, comme celui qu’implique le Dieu mort des religions, ni un rapport critique, comme celui qui convient au Dieu-Principe des métaphysiques, mais un rapport, au sens propre, nostalgique »

seulement aucune de ces pensée ne s’élève à la hauteur de l’inouï évangile nietzschéen , que le Prométhée fracassé de Sils Maria a payé..de sa vie et de son sang (le sang comme gage du sérieux des écrits, des formules) . Et certainement pas Badiou, contrairement à ce qu’il pense..de lui même :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20091217.BIB4616/finkielkraut-badiou-le-face-a-face-2-5.html

« Ces questions sont insignifiantes, c’est ça ma conviction. Moi je suis sur ces questions un nietzschéen rigoureux. Dieu est mort, et depuis longtemps. Donc il faut partir de l’idée que quand on est face à de phénomènes dits de civilisation ou de religion, ils dissimulent autre chose que leur qualité apparente. Qu’est-ce qui se tient vraiment là-derrière ? On ne voit pas de nouvelles figures mystiques, des  penseurs religieux profonds, une théologie novatrice, etc. On ne voit rien de ce genre. On voit des agitateurs organisés, des attentats anonymes, des phraséologies tout à fait stéréotypées. »

http://fr.wikisource.org/wiki/Ainsi_parlait_Zarathoustra/Premi%C3%A8re_partie/Le_prologue_de_Zarathoustra

« Et que fait le saint dans les bois ? » demanda Zarathoustra.

Le saint répondit : « Je fais des chants et je les chante, et quand je fais des chants, je ris, je pleure et je murmure : c’est ainsi que je loue Dieu.

Avec des chants, des pleurs, des rires et des murmures, je rends grâce à Dieu qui est mon Dieu. Cependant quel présent nous apportes-tu ? »

Lorsque Zarathoustra eut entendu ces paroles, il salua le saint et lui dit : « Qu’aurais-je à vous donner ? Mais laissez-moi partir en hâte, afin que je ne vous prenne rien ! » — Et c’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre, le vieillard et l’homme, riant comme rient deux petits garçons.

Mais quand Zarathoustra fut seul, il parla ainsi à son cœur : « Serait-ce possible ! Ce vieux saint dans sa forêt n’as pas encore entendu dire que Dieu est mort »

et si Nietzsche , ce Nietzsche « en lutte contre son temps » qui fut avec Goethe le Maître du jeune Rudolf Steiner, la « condition sine qua non » sans laquelle le christianisme de Steiner n’aurait jamais vraiment rompu avec… les discours poétiques ou rationnels ou mystiques sur Dieu, sans laquelle cette révolution de pensée qu’est l’anthroposophie n’ aurait jamais émergé…

et si Nietzsche était par dessus tout et tous…

chrétien ????

lisons la suite du discours de Zarathoustra, qui explicite la « formule » :

« Voici, je vous enseigne le Surhumain !

Le Surhumain est le sens de la terre. Que votre volonté dise : que le Surhumain soit le sens de la terre.

Je vous en conjure, mes frères, restez fidèles à la terre et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs supraterrestres ! Ce sont des empoisonneurs, qu’ils le sachent ou non.

Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée : qu’ils s’en aillent donc !

Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu’il y a de plus terrible maintenant, c’est de blasphémer la terre et d’estimer les entrailles de l’impénétrable plus que le sens de la terre ! »

Autrefois : avant le Golgotha !

lors du Mystère du Golgotha, Dieu s’est lié à la Terre, en assumant la condition humaine mortelle et en répandant son…Sang !

c’est cela, l’ affirmation anthroposophique, et rien d’autre : et je la vois préfigurée en le discours de Zarathoustra !

Le sens de la terre c’est :

DIEU EST MORT

acte d’Amour incompréhensible et plus Absolu que tout absolu pensable ou non

Il y a la Terre comme planète qui se meut dans l’espace : Copernic, science moderne.

Et il y a la terre qui « remonte au ciel » (dans le malebranchisme, la philosophie chrétienne par excellence), qui n’est autre que le sens de la terre, chez Nietzsche et Steiner.

le miracle, la Véritévivante (et non plus factuelle ou géométrique) , consiste à faire tenir ensemble ces deux « terres » !

C’est le mystère du Golgotha qui accomplit ce miracle!

J’ai longtemps cité ces lignes de Brunschvicg comme accomplissement de toute la philosophie :

« Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi. Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.

 Et celui-là seul est digne de la prononcer, qui aura su apercevoir, dans l’expansion infinie de l’intelligence et l’absolu désintéressement de l’amour, l’unique vérité dont Dieu ait à nous instruire…. »

au fond, il est là, le passage de la philosophie à l’anthroposophie :

car comment l’expansion infinie de l’intelligence sera t’elle obtenue , sinon en méditant sans cesse cet acte absolument incompréhensible de Dieu qui se fait homme et meurt ?

et où l’absolu désintéressement de l’amour sera t’il trouvé, sinon dans cet acte d’Amour absolu de Dieu endossant la condition humaine, sur la Terre qui virevolte dans l’espace ?

Publicités

les ambiguïtés du terme et surtout de la notion de « judéo-chrétien »

je faisais moi même un usage très fréquent de ce terme de « judéo-chrétien » sur mon ancien blog « Recherche de la Vérité ».

Il s’agissait dans mon esprit de « combler » la fracture historique entre juifs et chrétiens, qui s’est traduite au cours des siècles par les horribles massacres que l’on sait, et aussi je l’avoue d’opposer la civilisation occidentale « judéo-chrétienne » à l’islamique.

Seulement je précisais bien, et régulièrement, que l’Occident dont je parlais était celui du 17 ème siècle, de l’émergence de la science moderne et du cartésianisme (et surtout du malebranchisme), et n’avait plus rien à voir avec l’Occident actuel, enlisé dans le matérialisme et le relativisme.

Mais même en prenant ces précautions, tout ce schéma n’était il pas basé sur une simplification grossière ?

je considérais, et je continue à le faire, que le judaïsme « matriciel » et le christianisme qui en est sorti et s’en est peu à peu séparé constituent, pour qui sait voir de manière « subtile », un processus spirituel UNIQUE; et je le « démontrais » sur l’ancien blog au moyen notamment des découvertes sur les NOMBRES bibliques, aussi bien en gématrie de l’hébreu que du grec, qui sont celles par exemple de Vernon Jenkins :

http://homepage.virgin.net/vernon.jenkins/index.htm

ainsi  la valeur des 28 lettres hébraïques du premier verset de la Torah soit un nombre triangulaire :

2701 = 37 x 73 = T(73) = 1 + 2 + 3 + … + 72 + 73

la valeur des lettres grecques du premier verset de l’Evangile de Jean est :

3627 = 39 x 93

qui n’est certes pas triangulaire mais qui est un produit de deux nombres « en miroir » : 39 et 93 sont formés des mêmes chiffres lus en sens inverse, comme 37 et 73

et la somme de 3627 et 2701 est un nombre triangulaire :

3627 + 2701 = 6328 = T(112) = 1 + 2 + 3 + .. + 111 + 112

tout cela étant résumé (avec bien d’autres propriétés surprenantes) sur la figure ci dessous:

http://homepage.virgin.net/vernon.jenkins/First_Princs.htm

http://www.whatabeginning.com/SUPER/SUPER_S.htm

http://www.fivedoves.com/revdrnatch/112th_Triangle.htm

Et il y a aussi bien sûr la totalité de la Bible en 66 (nombre triangulaire ! ) livres (Ancien et Nouveau Testaments) qui forme une « Roue » et est visiblement un Tout – UN :

http://www.biblewheel.com/wheel/wheel.asp

tout cela est solide : mais alors pourquoi ne pas dire simplement « chrétien » à la place de « judéo-chrétien » s’il s’agit d’un processus UN et unique ?

la réponse est évidente : à cause des évènements historiques, de la séparation, des pogroms, de l’antisémitisme, etc…

on veut certes marquer l’unité, mais sans oublier les différences !

Je ne puis évidemment qu’être sensible à ce genre de raisons.

Mais il se trouve que « judéo-chrétien » risque d’avoir un sens tout autre que celui qui est visé ici; cela est expliqué notamment à la fin du livre fort instructif de Pierre Antoine Bernheim (mort hélas prématurément en 2011) :

« Jacques frère de Jésus »

selon cet auteur, les judéo-chrétiens sont les héritiers des conceptions de Jacques, « représentant d’une Eglise primitive profondément enracinée dans la tradition juive » (conceptions dont témoigne l’Epître de Jacques) , et ils s’opposent aux « pagano-chrétiens » , ou « pauliniens », héritiers des conceptions de l’apôtre Paul, qui ont finalement prévalu.

Mais que sont devenus les « judéo-chrétiens » ?

d’abord les ébionites, puis les… musulmans, tout simplement !

puisqu’il est avéré que c’est un (ou plusieurs) moine ébionite qui a écrit le Coran, et que l’Islam n’est autre que le stade ultime de la religion « nazaréenne » , voir sur tout cela mes articles qui donnent des tas de liens :

http://horreurislamique.wordpress.com/2012/03/26/les-origines-nazareennes-de-lislam-et-du-coran/

http://mathesis.blogg.org/page-le_rabbin_ebionite_waraqa_bin_nawfal_est__le_gourou_pervers_qui_a_ecrit__le_coran_et_cree_l_islam-835.html

http://mathesis.blogg.org/page-qui_sont_les_veritables_auteurs_du_coran__-761.html

autant dire qu’il s’avère disons…contre-indiqué d’ utiliser le terme « civilisation judéo-chrétienne » pour séparer la civilisation européenne de l’islamique.

Une séparation qui a eu lieu, et résulte des guerres de conquête de l’espace européen, qui ont été perdues par l’Islam.

Emil Bock parle (dans « Césars et apôtres ») du fanatisme ébionite, et il ajoute que son influence a dû être considérable.

Mais il y a plusieurs manières de « choisir la voie du paulinisme » :

-celle de Badiou, rigoureusement athée, qui admire Saint Paul comme « fondateur de l’universalisme » et le considère un peu comme le premier communiste

-celle, choisie ici, inspirée de Rudolf Steiner et d’Emil Bock , selon qui Paul a eu véritablement une expérience spirituelle de rencontre avec l’entité du Christ, expérience qui conditionne tout le devenir-chrétien ultérieur…

l’anthroposophie donne de plus une explication satisfaisante du terme « pagano-chrétien » : « pagano » se réfère aux « religions à Mystères » plutôt qu’aux religions prétendûment « idolâtres » ou « polythéistes ».

La caractéristique du judaïsme est d’avoir supprimé les Mystères : c’était nécessaire pour préparer la venue du Christ , où les Mystères, loin d’être « cachés » au profond du Temple, accessibles aux seuls « initiés », seraient « visibles » à tous les hommes sur la scène du monde.

Il le fallait pour préparer l’ère de l’âme de conscience, à partir de 1413, où les hommes acquièrent la liberté, par le combat intérieur contre le Mal, et l’autonomie pour s’élever dans le monde spirituel selon les forces de leur conscience claire, et non pas plongée dans un état « spécial » par les rites de l’initiation aux Mystères.

Cette époque correspond aussi à l’émergence de la science moderne, mathématique, qui n’est pas rupture avec le christianisme mais continuation et approfondissement du christianisme ….