Archives du mot-clé Brunschvicg

Philon d’Alexandrie : propriétés des NOMBRES

Philon d’Alexandrie est un exemple merveilleux de la symbiose entre judaïsme et hellénisme (qui est, au fond, le christianisme) dont je parlais récemment, et qu’évoque Emil Bock dans « Césars et apôtres ».

Sur le web on ne trouve ses oeuvres qu’en traduction anglaise :

http://www.earlyjewishwritings.com/philo.html

http://www.torreys.org/bible/philopag.html

http://www.earlychristianwritings.com/yonge/

http://archive.org/details/worksofphilojuda01yonguoft

mais le site francophone Remacle contient un fragement témoignant de cette antique « science qualitative » des nombres dont parle Rudolf Steiner et que je me risquais sur d’autres blogs à appeler « Arithmosophie » :

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/philon/nombre.htm

la motivation première de Philon est évidemment d’exégèse biblique, et part des six « jours » de la création au livre I de Genèse-Bereschit :

« Le nombre est intimement uni à l’ordre, et, parmi les nombres, le six est le type de la génération d’après les lois naturelles. En effet, après l’unité, il est le premier nombre parfait,étant égal à la somme de toutes ses parties et composé du trois, qui en est la moitié, du deux, qui en est le tiers, et de l’unité, qui en est le sixième (3 + 2 + 1 = 6/2·+ 6/3 + 6/6 = 6). En outre, il est, pour ainsi dire, d’une nature hermaphrodite et doué de la puissance de l’un et l’autre sexe ; car, parmi les nombres, l’impair, (ou surabondant) représente le mâle, et le pair, la femelle; or, le premier des nombres impairs est le trois, le premier des nombres pairs est le deux, le produit de l’un par l’autre est le six. Il convenait donc que l’univers, qui est la plus parfaite des choses créées, fût achevé sur le type du nombre parfait, qui est le six. Et comme, dans l’avenir, « le monde » devait être soumis à la loi de la génération de toutes choses par l’accouplement des sexes, il devait porter l’empreinte du premier nombre composé, impairement pair, formé par l’union du mâle (3), qui procrée, et de la femelle (2), qui conçoit. »

oui, un nombre tout à fait remarquable, ce 6 qui est celui du « numéro 6 » dans le feuilleton « Le prisonnier » qui annonçait la mondialisation ahrimanienne dès les années 60, et prévenait que l’opposition USA-URSS (ou « monde libre » contre « monde communiste ») n’était…que du vent !

une autre propriété extraordinaire du 6 est celle du « problème des 36 officiers » posé (et résolu) par Euler.

Supposez que vous ayiez , pour n =2,3,4,5,6,7,etc..un nombre carré n^2 (donc : 4,9,16,25,36,49, etc..) d’officiers appartenant à n régiments différents et à n grades différents; vous avez donc un officier et un seul pour chaque coupe (régiment, grade), exemple : un seul lieutenant pour Toulon, un seul capitaine pour Bordeaux, etc….ou encore : n capitaines répartis en n régiments, et idem pour les (n- 1) autres grades.

Vous voudriez ranger ces officiers en un carré de n lignes et n colonnes, mais de façon qu’en chaque ligne et chaque colonne il n’y ait qu’un seul officier de chaque grade et un seul officier de chaque régiment.

Un tel carré est appelé en algèbre combinatoire : carré gréco-latin.

Eh bien il est possible de ranger ainsi les n^2 officiers sauf si :

n = 2 ou n = 6

pour n = 2 c’est immédiat à voir: supposez que les grades soient lieutenant et capitaine, et les régiments soient Paris et Toulouse, vous avez donc pour Paris un lieutenant et un capitaine , et idem pour Toulouse.

Vous commencez par exemple par le lieutenant de Paris, sur sa ligne il doit y avoir un capitaine (pas deux officiers de même grade alignés) et qui ne soit pas de Paris, donc ce doit forcément être le capitaine de Toulouse.

Oui mais sur sa colonne le même raisonnement montre qu’il ne peut y avoir que le capitaine de Toulouse, or il est déjà pris pour la ligne..

donc impossibilité !

pour 6 c’est bien plus complexe, il existe plusieurs démonstrations, très difficiles (très difficiles à élaborer, ainsi qu’à lire et comprendre)!

donc vous pouvez ranger 9, 16, 25, 49, 64, 81, 100 ,etc… officiers en carré gréco-latin, mais pas 4 ni 36 !

mais revenons sur la propriété de 6 d’être le premier nombre parfait, c’est à dire à la fois somme et produit de ses diviseurs (autres que lui même) : les diviseurs de 6 sont :

1, 2 et 3

et :

6 = 1 + 2 + 3 = 1 x 2 x 3

les nombres parfaits suivants sont :

28 , 496, 8128,…

on ignore s’il existe des nombres parfaits impairs ; par contre on a déterminé depuis l’antiquité la forme que doivent avoir les nombres parfaits pais, qui sont en nombre infini :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_parfait

« Dans le Livre IX de ses Éléments, le mathématicien Euclide, au IIIe siècle av. J.-C., a prouvé que si M=2^p-1\, est premier, alors \frac{ M \cdot \left (M+1 \right )}{2} = 2^{p-1}(2^p - 1) est parfait.

Ainsi :

  • 6 = 2^1(2^2-1)
  • 28 = 2^2(2^3-1)
  • 496 = 2^4(2^5-1)
  • 8128 = 2^6(2^7-1)

Par ailleurs, Leonhard Euler, au XVIIIe siècle, a prouvé que tout nombre parfait pair est de la forme proposée par Euclide. La recherche de nombres parfaits pairs est donc liée à celle des nombres premiers de Mersenne (nombres premiers de la forme 2p − 1). »

ce statut « spécial » du nombre 6 n’est il pas lié au fait que ses diviseurs sont les trois premiers nombres entiers, et , selon certains, les trois premiers « nombres premiers » ?

depuis un siècle le nombre 1 n’est plus considéré comme un nombre premier, pour une raison liée au théorème fondamental d’unicité de la décomposition des entiers en facteurs premiers, des mathématiques modernes donc…

cependant il existe aussi des arguments pour considérer que 1 et premier, voir :

http://primefan.tripod.com/Prime1ProCon.html

et surtout les arguments, d’ordre « biblique » et non pas « arithmétique » de :

http://www.fivedoves.com/revdrnatch/Does_God_think_1_is_prime.htm

en tout cas, si 1 , 2 et 3 sont considérés comme nombres premiers, ce sont des nombres premiers tout à fait extraordinaires, puisqu’ils ne sont séparés que de 1 , et cela n’arrive plus jamais après.

De plus 2 et 3 sont les seuls nombres tels qu’il existe des puissances de ces nombres qui ne soient séparées que de 1, et cela aarive justement pour les puissances 2 et 3 :

3^2 – 2 ^3 = 9 – 8 = 1

en même temps bien sûr que :

3 – 2 = 1

C’est là le théorème de Catalan, qui n’a été démontré que tout récemment,  en 2002, après le théorème de Fermat (en 1994):

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_de_Catalan

Selon le grand ésotériste Lacuria (l’abbé Lacuria)  dans « Les harmonies de l’être exprimées par les nombres », lisible en entier sur le web , les nombres 1 , 2 et 3 ne sont rien d’autre que la Sainte Trinité :

http://leserpentvert.wordpress.com/2010/02/04/lacuria-les-harmonies-de-letre/

http://leserpentvert.wordpress.com/2010/02/09/les-nombres-et-la-mathesis-universalis/

le livre de Lacuria est ici (2 tomes) :

http://mathesisuniversalis.over-blog.com/article-lacuria-les-harmonies-de-l-etre-tome-1-1847-76169323.html

http://mathesisuniversalis.over-blog.com/article-lacuria-les-harmonies-de-l-etre-tome-2-1847-76169874.html

et il y a aussi une édition de 1899 :

http://mathesisuniversalis.over-blog.com/article-lacuria-les-harmonies-de-l-etre-tome-1-1899-76170322.html

http://mathesisuniversalis.over-blog.com/article-lacuria-les-harmonies-de-l-etre-tome-2-1899-76170588.html

(les deux éditions sont aussi sur Gallica, d’où je les ai recopiées)

1 est le Père, ou en termes métaphysiques (grecs) : l’UN

2 est le Fils, le Christ-Logos, ou Verbe: il correspond à la discrimination , donc à la possibilité de distinguer « plusieurs » ; sans le Verbe, donc, pas de science, pas de connaissance, pas de conscience

il est donc prouvé métaphysiquement que l’Islam a tort, qui ne veut connaître que le 1, et pour lequel le Christ est un être « créé » :

http://www.jesussonofjohn.com/

Le Fils, le Verbe , est « auprès de Dieu  » (du Père, du UN) dans la Trinité, ce que prouve la possibilité de la science.

Le 3 est l’Esprit, retour de la multiplicité à l’unité.

La longue aventure de 4 siècles de la science moderne occidentale correspond à la science « objective » newtonienne, qui « sépare » l’unité primordiale de l’apparaître en phénomènes dits « objectifs ».

Cette aventure se clôt avec l’émergence de la mécanique quantique, dont les « paradoxes » révèlent que l’objectivité « distantiatrice » atteint ses limites.

Comme le dit le philosophe des sciences Michel Bitbol :

« il est vrai que, loin du voeu de passivité contemplative de Goethe, la physique quantique a prolongé et amplifié l’interventionnisme expérimental de la physique classique; mais, sauf à s’accomoder de la permanence de ses paradoxes, elle ne peut plus traiter l’expérimentation comme activité d’un sujet sur une nature pré-objectivée »

Bitbol oppose, comme Steiner, les deux physiques (classique et goethéenne-quantique) en prenant l’exemple particulièrement révélateur de la théorie des couleurs de Newton et de celle de Goethe :

« l’une, celle de Newton et de la physique classique, est distantiatrice, et l’autre, celle de Goethe, est participative. Dans l’une, l’observateur ne fait que contempler un phénomène qui se constitue indépendamment de lui, dans l’autre il est impliqué dans sa constitution….

Heisenberg fait retour vers Goethe parce qu’il a le sentiment que la démarche distantiatrice des premiers pas de la physique n’est pas universalisable… parvenu à sa pointe extrême, remarque Heisenberg, le projet séparateur s’est heurté à ses propres limites »

Il s’y est heurté dans la mécanique quantique, l’apparition de paradoxes en est la preuve…

mais avant 1925 (date où les débats philosophiques sur la physique quantique commencent) Rudolf Steiner avait déjà opté pour le dépassement de la science moderne (née au début de l’ère de l’âme de conscience, chez Nicolas de Cuse) vers la science goethéenne.

Il avait , dans « Les limites de la connaissance de la Nature », fait aussi appel à l’image d’un dépassement , à la fois vers l’intérieur et vers l’extérieur, du miroir de la connaissance sensible et de la « tapisserie » des phénomènes

Michel Bitbol quant à lui compare les physiciens « classiques » (newtonniens) cherchant les « causes cachées d’ordre mathématique des phénomènes, à des enfants qui passent « derrière le miroir » pour essayer d’empoigner ce que celui ci donne à voir.

Seulement Steiner ne dit pas de « passer derrière un miroir » (image matérialiste) : il annonce de nouveaux modes de connaissance, acquis par la pratique méditative (dont parle aussi Bitbol à propos de la démarche spirituelle du physicien Arthur Zajonc)

Bitbol : « tout ce qu’il y a à faire selon Goethe, à rebours de cette pulsion stérile, est de répertorier les phénomènes , de les lier à travers l’un d’entre eux qualifié d’Urphänomen , et de s’inscrire pleinment dans cet apparaître riche de tant de possibilités de transformations »

C’est aussi ce que dit Brunschvicg, pourtant très loin du « poète » Goethe , sur la nature relationnelle de la science, qu’il donne à voir dans la théorie de la relativité d’Einstein.

Brunschvicg, mort en 194, et en fuite dès 1940, n’a pas eu le temps hélas d’explorer les arcanes philosophiques de la physique quantique; de plus il me semble que le cadre mathématique pour cette science relationnelle (Brunschvicg) ou phénoménologique (Goethe) serait la théorie des catégories, née en 1945 (années apocalyptique s’il en fût !).

L »Urphänomen de goethe serait tout simplement un objet initial dans une certaine catégorie de « phénomènes ».

La possibilité de la science distantiatrice réside dans le 2, le Verbe rendant possible la discrimination, donc l’intelligibilité, la conscience libre et la soi-conscience; celle de la science « impliquée » (cf David Böhm et son « ordre impliqué ») réside dans le 3, le Saint Esprit.

L’évolution de la science depuis 1413 prouve donc la vérité du christianisme trinitaire et la fausseté de l’Islam (où « Dieu seul voit la fourmi noire sur une pierre noire sur la terre noire dans la nuit noire »); la possibilité du dépassement de la science « séparatrice » et donc de l’emprise technologique , visible dans la seule résolution possible des paradoxes quantiques, prouve la vérité de l’ anthroposophie, forme scientifique du christianisme, et annonçant la science goethéenne et le dépassement du matérialisme objectiviste et méthodologique de la science classique

Publicités

INQUISITIO : l’audience s’effondre !

voir aussi l’article précédent sur cette honteuse série, digne des temps du stalinisme :

https://ahrimanfaust.wordpress.com/2012/07/05/travaux-pratiques-inquisitio-sur-france-2/

la christianophobie ne ferait elle plus recette ?

une connerie américaine (du genre les experts de mes deux, ou je ne sais plus quoi) a fait mieux sur TF1 qu’Inquisitio sur France 2 !

http://www.20minutes.fr/ledirect/970317/audiences-tele-lourde-chute-inquisitio

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/serie/70670/inquisitio-pourquoi-l-audience-a-chute.html

il faut dire que la série, tout en restant aussi ignoble, sombre maintenant dans le ridicule : Samuel de Naples n’est plus juif, mais un enfant chrétien sauvé de la peste par David de Naples qui lui a enseigné les bases du judaîsme et l’a « intégré » dans la communauté juive en le faisant passer pour son fils !

Samuel est en réalité Nicolas (prénom qui évoque de fâcheux souvenirs encore frais, mais patience, ce sera aussi bientôt le cas de François), il est le frère de l’inquisiteur borgne Guillaume Barnal !!!

pour rester objectif, je me dois de signaler qu’un personnage, et un seul, sauve (pour le moment) la série du gouffre de la nullité complète : la très belle Anne Sophie Franck, qui joue Eléonore :

elle est sur la photo ci dessus à droite de la méchante Catherine de sienne, par qui elle est manipulée pour attirer l’évêque débauché , cette vipère lubrique (évidemment, c’est un homme et il est chrétien) dans un traquenard en lui montrant ses seins !

et elle les a fort beaux, comme en témoigne cette photo d’elle plus jeune où la beauté extraordinaire de son visage n’apparaissait pas encore tout à fait :

mais revenons au téléfilm et à sa christianophobie honteuse , qui provoque une levée de bouclier, lire par exemple cet excellent article d’Atlantico qui remet bien les choses en perspective :

http://www.christianophobie.fr/opinion/les-catholiques-doivent-ils-payer-pour-se-faire-insulter

voici tout ce que trouve à dire le réalisateur Nicolas Cuche :

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/serie/70636/france-2-cree-la-polemique-avec-inquisitio.html

« À la question des inexactitudes ou mésinterprétations possibles, relatives au développement de l’intrigue, le réalisateur Nicolas Cuche a déjà répondu. « Je ne voudrais pas qu’on s’imagine qu’Inquisitio est un brûlot anticlérical simplet, une énième histoire mettant en scène la cruauté de l’Église… » Il a ajouté avoir rencontré des historiens spécialistes de l’époque. Au regard de l’absence d’une documentation précise doublée à leurs nombreux désaccords, il lui est apparu qu’il jouissait de la liberté de créer lui-même un univers, l’essentiel étant qu’on y croie. Il a reconnu avoir aussi conscience que certains réagiraient par la négative.

Et de conclure : « Il ne s’agissait pas d’illustrer la réalité, mais de la transcender pour créer une fiction riche et captivante ».  »

« Je ne voudrais pas qu’on s’imagine qu’Inquisitio est un brûlot anticlérical simplet, une énième histoire mettant en scène la cruauté de l’Église…  »

et pourtant c’est exactement ce que c’est , non ?

pour ma part je souhaiterais en revenir à ce qui était l’axiome de mon ancien blog « Recherche de la vérité » :

unité totale de ce que l’on appelle maintenant « judaïsme » et « christianisme »

dans un processus UN constitué par la ROUE des 66 livres de la Bible , et qui est aussi étudié de manière scientifique par l’anthroposophie :

http://www.biblewheel.com/wheel/wheel.asp

The Wheel of God. Click to view larger image (93k)

dès que ces « deux-en-un » sont séparés de l’épaisseur d’un cheveu, alors vous avez l’ émergence de ce que l’on appelle « judéo-chrétien », et qui n’est autre que l’Islam, nouveau nom du « fanatisme ébionite » , le « troisième anneau » de la parabole de Lessing (troisième anneau maléfique, singerie diabolique de la Trinité) :

https://ahrimanfaust.wordpress.com/2012/07/05/les-ambiguites-du-terme-et-surtout-de-la-notion-de-judeo-chretien/

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89bionisme

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jud%C3%A9o-nazar%C3%A9isme

http://francaisdefrance.wordpress.com/2009/12/19/la-veritable-histoire-du-coran-un-juif-ebionite-en-serait-lauteur/

http://www.culture-arabe.irisnet.be/dissidence.htm

http://leserpentvert.wordpress.com/waraqa-bin-nawfal-le-gourou-ebionite-createur-de-lislam-et-du-coran/

mon erreur, sur l’ancien blog « Recherche de la Vérité », était l’emploi du terme « judéo-chrétiens », dans une volonté sincère d’union des juifs et des chrétiens, après les horreurs du passé : mais il ne s’agit pas d’unir des « communautés », car dès qu’il y a formation de deux « communautés séparées », le Mal (Ahriman) est là, dans le fruit, et la route est pavée vers Hitler, et les abominations qui vont suivre.

Employons le terme « judaïsme » , ou « christianisme », indifféremment, puisque c’est « UNE SEULE CHOSE » , mais surtout pas « judéo-christianisme » !

le langage est important, si du moins l’on cherche à dépasser les simples mots vers le SENS…

le « christianisme » ne peut pas être une « communauté », ou une « religion » (sur le modèle des autres) , il est cette « vraie religon » , d’une nature totalement différente de celle des autres, dont parle Lachelier cité par Brunschvicg au début de « Raison et religion » :

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/raison_et_religion/raison_et_religion.html

« Par religion (disait Jules Lachelier au cours d’un dialogue mémorable où il se confrontait à Émile Durkheim) je n’entends pas les pratiques religieuses ou les croyances particulières, qui trop évidemment varient d’un état social à un autre. Mais la vraie religion est bien incapable de naître d’aucun rapprochement social ; car il y a en elle une négation fondamentale de tout donné extérieur et par là un arrachement au groupe, autant qu’à la nature. L’âme religieuse se cherche et se trouve hors du groupe social, loin de lui et souvent contre lui… . L’état de conscience qui seul peut, selon moi, être proprement appelé religieux, c’est l’état d’un esprit qui se veut et se sent supérieur à toute réalité sensible, qui s’efforce librement vers un idéal de pureté et de spiritualité absolues, radicalement hétérogène à tout ce qui, en lui, vient de la nature et constitue sa nature» »

une science spirituelle et anthroposophique

Ce qui caractérise l’anthroposophie, par rapport aux auteurs réactionnaires comme Guénon et Evola, ou à ceux de la théosophie par exemple, c’est qu’elle accorde une place très importante à la science moderne, née en Europe au 17 ème siècle (en fait un peu avant, chez Copernic bien sûr, et même, selon Steiner, chez Nicolas de Cuse au 15 ème siècle).

René Guénon passe son temps à dénigrer de façon méprisante la science moderne « dont l’Occident est si fier », science qu’il ne connaissait pas puisqu’il avait « abandonné » l’étude en classe de Math Spé, sans passer les concours : il lui oppose une « science traditionnelle » dont il ne donne que de vagues aperçus.

Steiner est beaucoup plus précis, dans ses écrits comme « Apparition  des sciences naturelles » : la science moderne correspond à l’ère de l’âme de conscience, où l’humanité doit conquérir la liberté intérieure, et il faut pour cela que tous les liens avec le monde spirituel soient coupés. Il existait certes avant une « science », mais du’une espèce totalement différente, puisque les hommes « voyaient » encore les réalités spirituelles.

Steiner démontre, et il est en cela en total accord avec des philosophes comme Brunschvicg (qui a été l’inspirateur principal )de tous mes blogs jusqu’ici, ou Alexandre Kojève, philosophe marxiste et athée, très grand philosophe au demeurant, que l’émergence de la science moderne à ses débuts (jusqu’au début du 18 ème siècle) est une conséquence et une poursuite du christianisme, consistant en une « christianisation » de la science du moyen âge (qui était aussi la science dite « islamique) , et qui était d’essence aristotélicienne.

Cette volonté de « christianiser » la science est sensible chez Copernic (qui était ecclésiastique) tout autant que chez le « cartésien » Malebranche (1638-1715), qui était oratorien, savant et philosophe.

Mais alors :

si la science moderne représente un état d’achèvement et d’ascèse intellectuelle (donc morale et religieuse) si parfaite de l’esprit humain,  pourquoi notre époque, loin d’être devenue parfaitement chrétienne, est elle matérialiste, c’est à dire selon notre terminologie : ahrimanienne ?

le déclin commence à mon avis juste à la mort de Malebranche (qui se situe la même année que celle de Louis XIV).

« L’explication » que j’avais donnée jusqu’ici était la suivante :

les premières découvertes techniques , qui aboutiront par la suite à l’essor de l’industrie, puis au chemin de fer, à l’automobile, à l’aviation, commencent vers 1720 en Angleterre avec les premières machines à vapeur ; il s’est passé que l’homme, l’homme européen faustien (cf « Le déclin de l’Occident » de spengler) s’est laissé « fasciner » , « enchanter » (au sens diabolique) par cette nouvelle puissance technicienne sur la « nature » (extérieure, pas intérieure ).

Il en a oublié la vocation première de la science, qui est, comme le dit Steiner, d’ordre spirituel !

seulement est ce vraiment une « explication » qui va jusqu’au fond des choses ?

non, plutôt une « description » de ce qui s’est passé !

car la question demeure : pourquoi l’homme s’est il laissé « fasciner » et détourner de sa véritable tâche , fixée par Dieu (ou les hiérarchies spirituelles, selon le vocabulaire anthroposophique), qui était de former un Moi libre capable ensuite de remplir la « mission divine » de l’humanité : remplir le cosmos de sagesse initial par des impulsions d’amour ???

là j’étais bloqué !

seule l’anthroposophie va plus loin, et donne une réponse , mais qui pourra sembler scandaleuse et « politiquement incorrecte » à beaucoup : la science moderne, de chrétienne qu’elle était à ses débuts coperniciens, cartésiens, malebranchistes,  a été « envahie » d’influences ahrimaniennes (matérialistes) que Steiner nomme « arabisme » , et que je nomme pour ma part « islamiques ».

Un auteur comme Robert Powell (dans « 2012 and the coming of Antichrist ») se défend de toute intention « islamophobe », et préfère donc le terme « arabisme » : j’avoue que je ne vois pas très bien comment cela pourrait être jugé « moins incorrect » !

L’Islam n’est rien d’autre qu’une hérésie chrétienne, comme le pense le grand auteur C S Lewis!

L’Islam, ce n’est rien d’autre que le dernier aboutissement des sectes dites nazaréennes ou « ébionites » : c’est un ébionite, Waraqa Bin Nawfal, qui a écrit le Coran, voir mon article :

http://horreurislamique.wordpress.com/2012/03/26/les-origines-nazareennes-de-lislam-et-du-coran/

certes, là aussi, l’anthroposophie a une explication pour l’essor foudroyant de l’Islam au 7 ème siècle, comparable à celui du nazisme : il s’agissait de susciter une « contre-influence », une sorte de « paratonnerre » ,  aux influences démoniaques de l’Académie de Gondishapour, résultant d’une première agression soratienne (= ahrimanienne + luciférienne) contre l’humanité, et visant à la doter 8 siècles avant la date prévue pour l’époque de l’âme de conscience, d’une science comparable à celle du 17 ème siècle.

Cet essor de l’Islam quand il se produit est donc « voulu » par les Hiérarchies, mais cela ne veut pas dire que l’Islam n’est pas anti-christique, et donc de l’ordre du Mal !

De même on a utilisé des bomardements monstrueux pour lutter contre Hitler : cela ne veut pas dire que les bombardements sont le Bien !

bref nous en arrib=vons, de nos jours, à un état de fait où la science, complètement ahrimanisée, n’a plus rien à voir avec ses débuts coperniciens et cartésiens, et est devenue le principal problème au lieu d’être la solution.

Elle ne redeviendra émancipatrice, donc la solution au lieu du problème, que si elle est « dés-ahrimanisée » et « spiritualisée ».

C’est ici qu’interviennent les travaux, tout à fait scientifiques, mais dépassant totalement la science « officielle » (bénéficiant de budgets énormes, dont l’efficacité n’est pas toujours validée, voire pas souvent) , de certains chercheurs comme Nick Thomas, George Adams , Olive Witcher, et bien d’autres…

Ils prennent comme cadre mathématique, comme l’avait préconisé Rudolf Steiner, la géométrie projective, qui correspond exactement à l’ ère de l’âme de conscience, puisqu’elle est la géométire de la « perspective » en peinture, qui émerge  à la Renaissance.

il existe un livre tout à fait intéressant de Nick Thomas :

« Science between space and counterspace »

qui est lisible partiellement sur Google :

http://books.google.fr/books?id=VKqjKfeo3iwC&pg=PA46&lpg=PA46&dq=nick+thomas+science+between+space+and+counterspace&source=bl&ots=bSd6jQSLx_&sig=nH4pg_La0N0qPkx6dN9_ZEIczlc&hl=fr&sa=X&ei=QCX8T43QMqqx0QWqgKmbBw&ved=0CFEQ6AEwADgK#v=onepage&q=nick%20thomas%20science%20between%20space%20and%20counterspace&f=false

Si, comme j’en suis persuadé depuis toujours, la science moderne représente un stade crucial sur le chemin spirituel de l’humanité, rien n’est plus important que de « spiritualiser » cette science enlisée  dans le gouffre « ahrimanien » (ou, selon la terminologie d’Husserl dans la Krisis, dans le naturalisme).

Je me propose donc ici d’étudier cette science « anthroposophique » et goethéenne.

Et, pour commencer, son instrument : la géométrie projective…

DIEU EST MORT

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-jean/3282-chapitre-19

Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le manteau d’écarlate, et Pilate leur dit:

« Voici l’homme. »

 

 

 

DIEU EST MORT

en cette formule réside à mon sens tout le christianisme, c’est à dire toute la Vérité.

mais, bien sûr, la Vérité qui est Dieu, la voie, la vérité et la vie, ne peut résider en une formule…pas plus que Dieu, le Parfait, l’Immortel, l’Eternel, l’Infini, ne peut mourir et s’anéantir…

Parménide : l’Etre est, le non-être n’est pas

http://philoctetes.free.fr/uniparmenide.htm

« Allons, je vais te dire et tu vas entendre
quelles sont les seules voies de recherche ouvertes à l’intelligence;
l’une, que l’être est, que le non-être n’est pas,
chemin de la certitude, qui accompagne la vérité »

Krishna ne dit pas autre chose :

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Bhagavad_G%C3%AEt%C3%A2/Chapitre_2

« Jamais ne fut le temps où nous n’existions, Moi, toi et tous ces rois ; et jamais aucun de nous ne cessera d’être.

« Les maîtres de la vérité ont conclu à l’éternité du réel et à l’impermanence de l’illusoire, et ce, après avoir étudié leur nature respective.

L’Etre EST : il ne peut pas « ne pas être »

Cela coule de source !

et pourtant :

DIEU EST MORT

ce n’est pas une vérité, comme « la marquise sortit à 5 heures » ou « tout corps fini est commutatif »

C’est La Vérité

« Aussitôt que la vérité trouve un ennemi à sa taille, elle dépose l’armure de l’ubiquité et se bat avec les ressources même de sa condition ». (René Char)

Badiou commente longuement cet aphorisme de Char  le 15 décembre 2004 :

http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/04-05.htm

Badiou pense la formule « Dieu est mort » comme la mort du Dieu vivant de la foi (chrétienne), pas la mort du dieu -géomètre des philosophes, qui n’a jamais été vivant.

Il distingue de ces deux là le « dieu des poètes » , que d’autres cherhcent comme le « dieu à venir de la poésie » (poésie comme aboutissement de la métaphysique ):

http://noesis.revues.org/index34.html

« Alain Badiou a proposé une définition du type de rapport spécifique qu’implique ce « Dieu des poètes », qui n’est ni le Dieu vivant des religions chrétiennes, ni le Dieu-géomètre des philosophies classiques. Ni mort avec la foi comme le premier, ni invalidé par la critique de la métaphysique comme le second, il s’est simplement retiré et doit un jour faire retour. La tâche propre du poète, selon la lecture de Heidegger que fait Alain Badiou, est alors de porter dans la langue la pensée de ce retrait et « de concevoir le problème de son retour comme une incise ouverte dans ce dont la pensée est capable3 » . Le rapport au Dieu poétique n’est donc ni un rapport de deuil, comme celui qu’implique le Dieu mort des religions, ni un rapport critique, comme celui qui convient au Dieu-Principe des métaphysiques, mais un rapport, au sens propre, nostalgique« 

seulement aucune de ces pensée ne s’élève à la hauteur de l’inouï évangile nietzschéen , que le Prométhée fracassé de Sils Maria a payé..de sa vie et de son sang (le sang comme gage du sérieux des écrits, des formules) . Et certainement pas Badiou, contrairement à ce qu’il pense..de lui même :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20091217.BIB4616/finkielkraut-badiou-le-face-a-face-2-5.html

« Ces questions sont insignifiantes, c’est ça ma conviction. Moi je suis sur ces questions un nietzschéen rigoureux. Dieu est mort, et depuis longtemps. Donc il faut partir de l’idée que quand on est face à de phénomènes dits de civilisation ou de religion, ils dissimulent autre chose que leur qualité apparente. Qu’est-ce qui se tient vraiment là-derrière ? On ne voit pas de nouvelles figures mystiques, des  penseurs religieux profonds, une théologie novatrice, etc. On ne voit rien de ce genre. On voit des agitateurs organisés, des attentats anonymes, des phraséologies tout à fait stéréotypées. »

http://fr.wikisource.org/wiki/Ainsi_parlait_Zarathoustra/Premi%C3%A8re_partie/Le_prologue_de_Zarathoustra

« Et que fait le saint dans les bois ? » demanda Zarathoustra.

Le saint répondit : « Je fais des chants et je les chante, et quand je fais des chants, je ris, je pleure et je murmure : c’est ainsi que je loue Dieu.

Avec des chants, des pleurs, des rires et des murmures, je rends grâce à Dieu qui est mon Dieu. Cependant quel présent nous apportes-tu ? »

Lorsque Zarathoustra eut entendu ces paroles, il salua le saint et lui dit : « Qu’aurais-je à vous donner ? Mais laissez-moi partir en hâte, afin que je ne vous prenne rien ! » — Et c’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre, le vieillard et l’homme, riant comme rient deux petits garçons.

Mais quand Zarathoustra fut seul, il parla ainsi à son cœur : « Serait-ce possible ! Ce vieux saint dans sa forêt n’as pas encore entendu dire que Dieu est mort »

et si Nietzsche , ce Nietzsche « en lutte contre son temps » qui fut avec Goethe le Maître du jeune Rudolf Steiner, la « condition sine qua non » sans laquelle le christianisme de Steiner n’aurait jamais vraiment rompu avec… les discours poétiques ou rationnels ou mystiques sur Dieu, sans laquelle cette révolution de pensée qu’est l’anthroposophie n’ aurait jamais émergé…

et si Nietzsche était par dessus tout et tous…

chrétien ????

lisons la suite du discours de Zarathoustra, qui explicite la « formule » :

« Voici, je vous enseigne le Surhumain !

Le Surhumain est le sens de la terre. Que votre volonté dise : que le Surhumain soit le sens de la terre.

Je vous en conjure, mes frères, restez fidèles à la terre et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs supraterrestres ! Ce sont des empoisonneurs, qu’ils le sachent ou non.

Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée : qu’ils s’en aillent donc !

Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu’il y a de plus terrible maintenant, c’est de blasphémer la terre et d’estimer les entrailles de l’impénétrable plus que le sens de la terre ! »

Autrefois : avant le Golgotha !

lors du Mystère du Golgotha, Dieu s’est lié à la Terre, en assumant la condition humaine mortelle et en répandant son…Sang !

c’est cela, l’ affirmation anthroposophique, et rien d’autre : et je la vois préfigurée en le discours de Zarathoustra !

Le sens de la terre c’est :

DIEU EST MORT

acte d’Amour incompréhensible et plus Absolu que tout absolu pensable ou non

Il y a la Terre comme planète qui se meut dans l’espace : Copernic, science moderne.

Et il y a la terre qui « remonte au ciel » (dans le malebranchisme, la philosophie chrétienne par excellence), qui n’est autre que le sens de la terre, chez Nietzsche et Steiner.

le miracle, la Véritévivante (et non plus factuelle ou géométrique) , consiste à faire tenir ensemble ces deux « terres » !

C’est le mystère du Golgotha qui accomplit ce miracle!

J’ai longtemps cité ces lignes de Brunschvicg comme accomplissement de toute la philosophie :

« Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi. Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.

 

Et celui-là seul est digne de la prononcer, qui aura su apercevoir, dans l’expansion infinie de l’intelligence et l’absolu désintéressement de l’amour, l’unique vérité dont Dieu ait à nous instruire…. »

au fond, il est là, le passage de la philosophie à l’anthroposophie :

car comment l’expansion infinie de l’intelligence sera t’elle obtenue , sinon en méditant sans cesse cet acte absolument incompréhensible de Dieu qui se fait homme et meurt ?

et où l’absolu désintéressement de l’amour sera t’il trouvé, sinon dans cet acte d’Amour absolu de Dieu endossant la condition humaine, sur la Terre qui virevolte dans l’espace ?

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-jean/3282-chapitre-19

Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le manteau d’écarlate, et Pilate leur dit:

« Voici l’homme. »

 

 

 

DIEU EST MORT

en cette formule réside à mon sens tout le christianisme, c’est à dire toute la Vérité.

mais, bien sûr, la Vérité qui est Dieu, la voie, la vérité et la vie, ne peut résider en une formule…pas plus que Dieu, le Parfait, l’Immortel, l’Eternel, l’Infini, ne peut mourir et s’anéantir…

Parménide : l’Etre est, le non-être n’est pas

http://philoctetes.free.fr/uniparmenide.htm

« Allons, je vais te dire et tu vas entendre
quelles sont les seules voies de recherche ouvertes à l’intelligence;
l’une, que l’être est, que le non-être n’est pas,
chemin de la certitude, qui accompagne la vérité »

Krishna ne dit pas autre chose :

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Bhagavad_G%C3%AEt%C3%A2/Chapitre_2

« Jamais ne fut le temps où nous n’existions, Moi, toi et tous ces rois ; et jamais aucun de nous ne cessera d’être.

« Les maîtres de la vérité ont conclu à l’éternité du réel et à l’impermanence de l’illusoire, et ce, après avoir étudié leur nature respective.

L’Etre EST : il ne peut pas « ne pas être »

Cela coule de source !

et pourtant :

DIEU EST MORT

ce n’est pas une vérité, comme « la marquise sortit à 5 heures » ou « tout corps fini est commutatif »

C’est La Vérité

« Aussitôt que la vérité trouve un ennemi à sa taille, elle dépose l’armure de l’ubiquité et se bat avec les ressources même de sa condition ». (René Char)

Badiou commente longuement cet aphorisme de Char  le 15 décembre 2004 :

http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/04-05.htm

Badiou pense la formule « Dieu est mort » comme la mort du Dieu vivant de la foi (chrétienne), pas la mort du dieu -géomètre des philosophes, qui n’a jamais été vivant.

Il distingue de ces deux là le « dieu des poètes » , que d’autres cherhcent comme le « dieu à venir de la poésie » (poésie comme aboutissement de la métaphysique ):

http://noesis.revues.org/index34.html

« Alain Badiou a proposé une définition du type de rapport spécifique qu’implique ce « Dieu des poètes », qui n’est ni le Dieu vivant des religions chrétiennes, ni le Dieu-géomètre des philosophies classiques. Ni mort avec la foi comme le premier, ni invalidé par la critique de la métaphysique comme le second, il s’est simplement retiré et doit un jour faire retour. La tâche propre du poète, selon la lecture de Heidegger que fait Alain Badiou, est alors de porter dans la langue la pensée de ce retrait et « de concevoir le problème de son retour comme une incise ouverte dans ce dont la pensée est capable3 » . Le rapport au Dieu poétique n’est donc ni un rapport de deuil, comme celui qu’implique le Dieu mort des religions, ni un rapport critique, comme celui qui convient au Dieu-Principe des métaphysiques, mais un rapport, au sens propre, nostalgique »

seulement aucune de ces pensée ne s’élève à la hauteur de l’inouï évangile nietzschéen , que le Prométhée fracassé de Sils Maria a payé..de sa vie et de son sang (le sang comme gage du sérieux des écrits, des formules) . Et certainement pas Badiou, contrairement à ce qu’il pense..de lui même :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20091217.BIB4616/finkielkraut-badiou-le-face-a-face-2-5.html

« Ces questions sont insignifiantes, c’est ça ma conviction. Moi je suis sur ces questions un nietzschéen rigoureux. Dieu est mort, et depuis longtemps. Donc il faut partir de l’idée que quand on est face à de phénomènes dits de civilisation ou de religion, ils dissimulent autre chose que leur qualité apparente. Qu’est-ce qui se tient vraiment là-derrière ? On ne voit pas de nouvelles figures mystiques, des  penseurs religieux profonds, une théologie novatrice, etc. On ne voit rien de ce genre. On voit des agitateurs organisés, des attentats anonymes, des phraséologies tout à fait stéréotypées. »

http://fr.wikisource.org/wiki/Ainsi_parlait_Zarathoustra/Premi%C3%A8re_partie/Le_prologue_de_Zarathoustra

« Et que fait le saint dans les bois ? » demanda Zarathoustra.

Le saint répondit : « Je fais des chants et je les chante, et quand je fais des chants, je ris, je pleure et je murmure : c’est ainsi que je loue Dieu.

Avec des chants, des pleurs, des rires et des murmures, je rends grâce à Dieu qui est mon Dieu. Cependant quel présent nous apportes-tu ? »

Lorsque Zarathoustra eut entendu ces paroles, il salua le saint et lui dit : « Qu’aurais-je à vous donner ? Mais laissez-moi partir en hâte, afin que je ne vous prenne rien ! » — Et c’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre, le vieillard et l’homme, riant comme rient deux petits garçons.

Mais quand Zarathoustra fut seul, il parla ainsi à son cœur : « Serait-ce possible ! Ce vieux saint dans sa forêt n’as pas encore entendu dire que Dieu est mort »

et si Nietzsche , ce Nietzsche « en lutte contre son temps » qui fut avec Goethe le Maître du jeune Rudolf Steiner, la « condition sine qua non » sans laquelle le christianisme de Steiner n’aurait jamais vraiment rompu avec… les discours poétiques ou rationnels ou mystiques sur Dieu, sans laquelle cette révolution de pensée qu’est l’anthroposophie n’ aurait jamais émergé…

et si Nietzsche était par dessus tout et tous…

chrétien ????

lisons la suite du discours de Zarathoustra, qui explicite la « formule » :

« Voici, je vous enseigne le Surhumain !

Le Surhumain est le sens de la terre. Que votre volonté dise : que le Surhumain soit le sens de la terre.

Je vous en conjure, mes frères, restez fidèles à la terre et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs supraterrestres ! Ce sont des empoisonneurs, qu’ils le sachent ou non.

Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée : qu’ils s’en aillent donc !

Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu’il y a de plus terrible maintenant, c’est de blasphémer la terre et d’estimer les entrailles de l’impénétrable plus que le sens de la terre ! »

Autrefois : avant le Golgotha !

lors du Mystère du Golgotha, Dieu s’est lié à la Terre, en assumant la condition humaine mortelle et en répandant son…Sang !

c’est cela, l’ affirmation anthroposophique, et rien d’autre : et je la vois préfigurée en le discours de Zarathoustra !

Le sens de la terre c’est :

DIEU EST MORT

acte d’Amour incompréhensible et plus Absolu que tout absolu pensable ou non

Il y a la Terre comme planète qui se meut dans l’espace : Copernic, science moderne.

Et il y a la terre qui « remonte au ciel » (dans le malebranchisme, la philosophie chrétienne par excellence), qui n’est autre que le sens de la terre, chez Nietzsche et Steiner.

le miracle, la Véritévivante (et non plus factuelle ou géométrique) , consiste à faire tenir ensemble ces deux « terres » !

C’est le mystère du Golgotha qui accomplit ce miracle!

J’ai longtemps cité ces lignes de Brunschvicg comme accomplissement de toute la philosophie :

« Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi. Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.

 Et celui-là seul est digne de la prononcer, qui aura su apercevoir, dans l’expansion infinie de l’intelligence et l’absolu désintéressement de l’amour, l’unique vérité dont Dieu ait à nous instruire…. »

au fond, il est là, le passage de la philosophie à l’anthroposophie :

car comment l’expansion infinie de l’intelligence sera t’elle obtenue , sinon en méditant sans cesse cet acte absolument incompréhensible de Dieu qui se fait homme et meurt ?

et où l’absolu désintéressement de l’amour sera t’il trouvé, sinon dans cet acte d’Amour absolu de Dieu endossant la condition humaine, sur la Terre qui virevolte dans l’espace ?

ce ne doit pas être le même Proust

Cela fait longtemps que j’ai lu, d’une traite et in extenso, la « Recherche du temps perdu », cela remonte à la fin de mes années d’étudiant, dans cette zone indécise et « brouillée » qui précède l’entrée dans la vie dite « active » (c’est à dire où l’on ne fait rien, comme le dit le beau poème de Pierre Emmanuel dans « Jacob » : « je travaille je ne fais rien je fais mes quarante heures »)

et juste après j’ai lu « La montagne magique« , que je place bien au dessus; les deux oeuvres portent sur le Temps, mais Proust ne peut s’élever au dessus d’une conception « mondaine » pour accéder à une compréhension « hermétique » et spirituelle qui est celle de Thomas Mann .

Or voici qu’il y a quelques jours je me laisse aller à regarder, sur Arte, le téléfilm réalisé par Nina Companeez et adaptant la Recherche

Nina Companeez est une excellente réalisatrice, mais pourquoi a t’il fallu qu’elle cède aux tendances de l’esprit du temps, avec cet accent exclusif donné à l’homosexualité , et notamment aux scènes de lesbianisme, en particulier dans l’épisode 2 ?

bien entendu je ne veux certainement pas nier que cet aspect soit présent dans l’oeuvre de Proust, surtout avec l’entrée en scène du baron de Charlus… mais en regardant la partie 2 du téléfilm, et si l’on n’a pas lu le livre, on a vraiment l’impression qu’il s’agit du thème principal !

or celui ci est le Temps, et l’accès « platonicien » (par l’art, selon Proust) à une « vision » qui en quelque sorte transcenderait le temporel pour arriver au « Présent éternel » dont parle Brunschvicg (qui était un ami de Proust).

C’est un lieu commun de faire remarquer l’influence de la théorie de la relativité d’Einstein sur Proust, qui avait été très impressionné par les « résultats » de la relativité restreinte, celle de 1905; seulement de son propre aveu il n’avait aucune connaissance mathématique, et il avait sans doute dû se contenter d’en rester aux niveaux « vulgarisés ».

http://www.fabula.org/revue/document688.php

http://fr.wikisource.org/wiki/Page:NRF_19.djvu/253

http://www.liceoberard.org/public/classi/5dchb/dossier%20proust%205D.pdf

Je n’ai pas le texte sous les yeux, mais il est évident que certaines descriptions de la fin, où le narrateur vieillissant retrouve les principaux protagonistes dans un « salon mondain », après guerre, et les voit comme « montés sur des sortes d’échasse » qui en font des sortes de « géants », ces sortes d’image donc sont une adaptation des notions de ligne et volume d’univers dans la relativité.

Les personnages apparaissent comme des « géants » en hauteur parce que la « hauteur » des échasses correspond à la dimension temporelle dans l’espace temps de Minkowski qui est celui de la relativité restreinte , et que compte tenu du facteur multiplicatif c (c = vitesse de la lumière) l’ordre de grandeur de cette « dimension » est très grand par rapport à celui des trois autres dimensions, celles d’espace…

seulement cette image est…fausse !

car c’est oublier que nous nous trouvons, mathématiquement, dans un espace minkowskien, « pseudo-euclidien » et non pas euclidien, et que le facteur t du temps doit être multiplié non seulement par c mais aussi par le nombre imaginaire i, pour que l’on puisse former une norme « pseudo-euclidienne » qui soit :

x^2  + y ^2 + z^2 + (ict) ^2 = x ^2  + y ^2 + z ^2  – (ct) ^2

L’image des « échasses » oublie simplement ce facteur i, et traite la quatrième dimension, temporelle, comme si elle était « comparable » aux trois autres, c’est à dire comme si nous étions dans un espace euclidien à 4 dimensions !

Le « salut spirituel » proposé par Proust, consistant à « retrouver » des sensations de passé au moyen de sensations du présent, est profondément « matérialiste »!

Il ne correspond en rien à ce que Brunschvicg savait dès 1900, dans « Introduction à la vie de l’esprit » , et qu’il décrit dans ces lignes merveilleuses (écrites bien plus tard, dans « Raison et religion ») opposant ce qui est d’ordre « vital » et ce qui est d’ordre « spirituel » :

« le propre de l’esprit est de s’apparaitre à lui même dans la certitude d’une lumière croissante, tandis que la vie est essentiellement menace et ambiguïté. Ce qui la définit c’est la succession fatale de la génération et de la corruption. Voilà pourquoi les religions, établies sur le plan vital, ont beau condamner le manichéisme, il demeure à la base de leur représentation dogmatique… ce qui est constitutif de l’esprit est l’unité d’un progrès par l’accumulation unilinéaire de vérités toujours positives. L’alternative insoluble de l’optimisme et du pessimisme ne concernera jamais que le centre vital d’intérêt; nous pouvons être et à bon droit inquiets en ce qui nous concerne de notre rapport à l’esprit, mais non inquiets de l’esprit lui même que ne sauraient affecter les défaillances et les échecs, les repentirs et les régressions d’un individu, ou d’une race, ou d’une planète. Le problème est dans le passage , non d’aujourd’hui à demain, mais du présent temporel au présent éternel. Une philosophie de la conscience pure, telle que le traité de Spinoza « De intellectus emendatione » , en a dégagé la méthode, n’a rien à espérer de la vie, à craindre de la mort. L’angoisse de disparaitre un jour, qui domine une métaphysique de la vie, est sur un plan; la certitude d’évidence qu’apporte avec elle l’intelligence de l’idée, est sur un autre plan »

Cette conception brunschvicgienne du « redressement spirituel » et du « présent éternel » a tout à voir avec l’accès au « monde spirituel » de Rudolf Steiner, et absolument rien avec le matérialisme proustien, qui en reste à l’ordre du vital et de la « sensation » !

la sensation…fuit, par définition, et définitivement : comme le savent tous les « libertins » de la terre, le souvenir d’une nuit avec cette si belle femme il y a 30 ans n’apporte  …. aucun bonheur, rien que brûlantes frustrations…

et comme le savent tous les ivrognes de la terre, la bouteille de vodka est toujours vide, au petit matin !

et elle ne se remplit pas de nouveau par un acte du Saint Esprit !

Le « voyage dans le temps »  obsède tant de nos contemporains depuis H G Wells, pour des raisons inavouables : se donner une seconde chance de rebattre les cartes après avoir raté sa vocation spirituelle et en être resté justement au niveau des « sensations »…seulement si l’on « retournait dans le passé » sans changer réellement, la vie « nouvelle » que l’on aurait serait en somme la « même » que la première !

un tel « retour dans le passé » est , on le sait, proscrit par les équations de la relativité autant que par le bon sens… oui je sais il y a les solutions aux équations de la RG d’Einstein trouvées par Kurt  Gödel en 1947 qui semblent déboucher sur une CTC (« closed timelike curve ») seulement leur réalisation font appel à une roue génate qui devrait tourner à « au moins la moitié de la vitesse de la lumière » !

http://en.wikipedia.org/wiki/Closed_timelike_curve

si vous arrivez à construire un tel dispositif, et surtout à faire tenir dessus un « voyageur temporel », faites moi signe !

et surtout dites lui de bien attacher sa ceinture et de ne pas trop manger le matin du grand départ !

au voyageur temporel , pas à Proust !

non, le véritable « voyage temporel », il est celui réalisé par Steiner et lui permettant de « voir dans la chronique de l’Akasha », c’est  à dire sur le « mur des siècles » qui est aussi apparu à Victor Hugo !

J’adore les madeleines, les sonates, et les jeunes filles en fleur : mais j’ai d’autres projets dans la vie que le broute-minou permanent au bord de la plage, comme nous le donne à voir Nina Companeez !

anthroposophie et théories du complot : Terry Boardman

Les « théories du complot » (conspiracy theories) qui connaissent une « montée en puissance » de plus en plus visible, sont souvent critiquées, voire méprisées, et ce à juste titre, parce qu’elles s’abstiennent (et ce de par la nature même de leur objet, il faut le reconnaître) de toute discipline de « preuve », « démonstration », « validation » ou au moins « justification ».

La conséquence étant qu’elles disent à peu près tout et son contraire, et finalement ne disent souvent… rien du tout ! 

un simple « bruit blanc », comme disent les statisticiens…

leur essor remonte aux années 90 du siècle dernier, (voire à l’assassinat de JFK), et une expression vulgarisée particulièrement populaire en fut le feuilleton « X-files » , qui d’ailleurs offre un bon exemple de ce que je disais plus haut : ne rien dire du tout en suggérant à peu près tout.

Et pourtant !

comment expliquer, par le simple jeu des forces sociales et politiques,  historiques et « naturelles », l’apparition du nazisme, et ses incroyables succès, aussi bien économiques que militaires, jusqu’en 1942 ?

On se trouve là comme face à un mur , peut être le mur du temps de Jünger ?

Or il me semble que l’anthroposophie donne un cadre explicatif cohérent pour les théories du complot, et ce qu’elles recèlent de valable.

Ceci est très simple à comprendre selon la doctrine des cycles et des « époques » de cette « science de l’esprit »  et c’est ce qu’explique Terry Boardman, sur son blog qui est à lire et méditer :

http://threeman.org/?page_id=11

 Chaque époque de 2160 ans environ est consacrée au développement d’ un « membre » particulier de l’entité humaine : nous nous trouvons actuellement depuis le début du 15 ème siècle (depuis les années 1410 à peu près) à l’époque où est développée l’âme de conscience, qui est celle où la conscience morale libre et individuelle, indépendante des « normes » du groupe social ou ethnique, doit émerger; cette époque vient après celle, gréco-romaine, où c’est l’âme d’entendement, intellectuelle, qui a été développée.

Notons en passant que ce schéma évolutif correspond exactement à la fameuse citation de Brunschvicg qui m’a servi de « phare » sur mon blog précédent  pour éclairer tout le chemin du « progrès de la conscience » dans la philosophie occidentale (c’est à dire de la philosophie, qui est par essence occidentale, comme le disent à la fois Brunschvicg et Steiner) :

http://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/05/16/abdennour-bidar-comment-sortir-de-la-religion/

« Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi. Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.

Et celui-là seul est digne de la prononcer, qui aura su apercevoir, dans l’expansion infinie de l’intelligence et l’absolu désintéressement de l’amour, l’unique vérité dont Dieu ait à nous instruire.”

ces lignes prodigieuses , et qui nous changent de Sartre, qui comme à peu près tous les philosophes de l’après guerre avait été l’élève de Brunschvicg et s’était construit CONTRE lui, sont extraites de « Raison et religion » :

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/raison_et_religion/raison_et_religion.html

comment ne pas voir en l’expansion infinie de l’intelligence la mission de développer l’âme d’entendement, et en le progrès moral visant à l’absolu désintéressement de l’amour, celle de développer l’âme de conscience, qui est notre BUT actuel, le SENS de notre existence, pour répondre ici aux « désorientateurs » post-modernes qui vont répétant, en citant Spinoza qu’ils n’ont pas compris, que l’existence ne peut avoir de sens ?

et particulièrement aux wittgensteiniens (généralement anglo-saxons) qui citent l’un des derniers aphorismes du Tractatus :

http://www.kfs.org/~jonathan/witt/t6521en.html

6.521
The solution of the problem of life is seen in the vanishing of this problem. (Is not this the reason why men to whom after long doubting the sense of life became clear, could not then say wherein this sense consisted?)
« verset » qui vient accompagné du 6.522, en français cela donne :
http://www.bazzocchi.net/wittgenstein/tractatus/fr/6_52.htm
6.521    La solution du problème de la vie, on la perçoit à la disparition de ce problème.(N’est-ce pas la raison pour laquelle les hommes à qui le sens de la vie, après longues doutes, est devenu clair, ceux-là n’ont pu dire alors en quoi ce sens consistait?)6.522    Il y a assurément de l’indicible. Il se montre, c’est le mystique.
et qui dépendent dans l’arborescence du livre du 6.52 :
« Nous sentons que, quand même toutes les questions scientifiques possibles soient résolues, nos problèmes vitaux ne sont même pas encore touchés. Bien sûr, il ne reste plus alors aucune question ; et cela même est la réponse. »
seulement : est il vrai qu’il ne reste aucune question (après la résolution éventuelle de toutes les questions scientifiques ?)
Je n’ai pas pour habitude de fuir ou de « cacher la poussière sous le tapis » !
Il existe des contradictions évidentes entre ce blog actuel, qui est le dernier (au sens de plus récent) et les précédents, par exemple  :
http://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/
http://mathesis.blogg.org/
http://sedenion.blogg.org/
http://principiatoposophica.blogg.org/
http://messianisme.blogg.org/
http://mathesisuniversalis.blogg.org/
http://mathesisuniversalis.multiply.com/
http://leserpentvert.wordpress.com/
http://conversionspirituelle.wordpress.com/
http://apodictiquemessianique.wordpress.com/
pour ne citer que les principaux….
quant au blog « Recherche de la vérité » il a été détruit par mes soins, parce qu’il fourmillait d’approximations et de contradictions !
Contrairement aux apparences je suis quelqu’un de sérieux, c’est à dire d’inquiétant (pour les contemporains, qu’ils soient bobos ou cailleras, ce qui revient au même) .
Et ce que j’ai dit ici pour « justifier » mon « paradigm-shift » est à prendre au sérieux :
http://horreurislamique.wordpress.com/2012/06/22/redevenons-un-peu-serieux-nouvelle-et-definitive-preuve-de-limposture-islamique/
L’ époque de l’âme de conscience, où l’homme doit devenir autonome moralement c’est à dire libre , est forcément l’époque où l’homme rencontre le Mal , qui prend la forme, selon l’anthroposophie, de la triple agression de Lucifer, Ahriman, et Sorat.
On ne peut devenir libre qu’en faisant des erreurs (intellect), en commettant des fautes (conscience morale) et en les corrigeant : mais pour cela il faut d’abord les voir clairement !
Je ne dirais pas qu’il y ait « contradiction » entre le blog précédent, analysant le devenir de la philosophie selon la pensée de Brunschvicg, qui en marque à mon avis le point culminant (avant le déclin post-moderne, mais il faudra y revenir) et celui ci qui tente de dépasser la philosophie vers l’anthroposophie .
Pourquoi cette tentative de dépassement ? est elle nécessaire ?
la réponse réside peut être dans un de mes anciens articles :
http://www.blogg.org/blog-30140-page-la_triple_impasse_du_platonisme-763.html
où, déjà à propos de quelques lignes de Brunschvicg :
« Mais voici, au-dessous du plan idéaliste, une question qui, tout étrangère qu’elle est à la pure philosophie, va s’imposer au patriotisme de Platon, pour infléchir la courbe de sa carrière et de sa pensée. La sagesse du philosophe qui s’est retiré du monde pour vivre dans l’imitation de Dieu a, comme contre-partie inévitable, la maladresse et la gaucherie qui le mettent hors d’état de s’appliquer aux affaires de la vie pratique, qui font de lui, comme jadis de Thalès, la risée d’une servante thrace. (Théétète, 174 a.) Est-il légitime de se résigner à cette séparation de la vertu philosophique et de la réalité sociale, qui s’est traduite, dans l’histoire d’Athènes, par des événements tels que la condamnation de Socrate ? N’est-ce point manquer à l’intérêt de l’humanité que de l’abandonner aux opinions absurdes et aux passions désordonnées de la multitude ? et la misanthropie n’est-elle point, en définitive, un péché contre l’esprit, au même titre que la misologie ? »
je constate ce que j’appelle l’aporie fondamentale de la condition humaine :
« comment se fait il que l’intelligence de la science moderne, qui quoiqu’on en dise est accessible, en Occident tout au moins, à tous ceux qui veulent bien faire l’effort d’y accéder (ce qui certes représente un effort considérable), que cette intelligence donc ait produit autant de bêtise et de « passions tristes » ?C’est ici à mon sens que doit se situer la nécessaire et difficile prise de conscience de l’aporie de la condition humaine, de toute condition humaine qui est, puisque l’homme est un être social, celle de toute vie en société : l’inadéquation de la politique de masse et de la philosophie rationnelle »
 la résolution de l’aporie se situe, je le vois aujourd’hui, dans le passage de la philosophie (qui atteint son sommet chez Brunschvicg) à l’anthroposophie, de la « réflexion » de la science de la nature à la « réflexion de la réflexion », c’est à dire la science de l’esprit, qui est aussi la Wissenschaftslehre de Fichte.
mais il faut bien sûr pour l’admettre admettre aussi deux points que refuserait absolument Brunschvicg :
– il n’y a pas de différence entre le Dieu des philosophes et celui des chrétiens
– la ligne de partage des temps n’est pas Descartes, comme je le soutenais ici :
http://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/03/06/la-ligne-de-partage-des-temps/
mais le mystère du Golgotha, comme le dit le christianisme et sa forme scientifique l’anthroposophie.
Cela dit la philosophie cartésienne (et donc celle qui vient après Descartes) et la science moderne n’auraient pas pu voir le jour sans le christianisme !
cela, c’est Rudolf Steiner qui le dit, mais aussi un philosophe athée comme Alexandre kojève !