Archives du mot-clé ébionites

une science spirituelle et anthroposophique

Ce qui caractérise l’anthroposophie, par rapport aux auteurs réactionnaires comme Guénon et Evola, ou à ceux de la théosophie par exemple, c’est qu’elle accorde une place très importante à la science moderne, née en Europe au 17 ème siècle (en fait un peu avant, chez Copernic bien sûr, et même, selon Steiner, chez Nicolas de Cuse au 15 ème siècle).

René Guénon passe son temps à dénigrer de façon méprisante la science moderne « dont l’Occident est si fier », science qu’il ne connaissait pas puisqu’il avait « abandonné » l’étude en classe de Math Spé, sans passer les concours : il lui oppose une « science traditionnelle » dont il ne donne que de vagues aperçus.

Steiner est beaucoup plus précis, dans ses écrits comme « Apparition  des sciences naturelles » : la science moderne correspond à l’ère de l’âme de conscience, où l’humanité doit conquérir la liberté intérieure, et il faut pour cela que tous les liens avec le monde spirituel soient coupés. Il existait certes avant une « science », mais du’une espèce totalement différente, puisque les hommes « voyaient » encore les réalités spirituelles.

Steiner démontre, et il est en cela en total accord avec des philosophes comme Brunschvicg (qui a été l’inspirateur principal )de tous mes blogs jusqu’ici, ou Alexandre Kojève, philosophe marxiste et athée, très grand philosophe au demeurant, que l’émergence de la science moderne à ses débuts (jusqu’au début du 18 ème siècle) est une conséquence et une poursuite du christianisme, consistant en une « christianisation » de la science du moyen âge (qui était aussi la science dite « islamique) , et qui était d’essence aristotélicienne.

Cette volonté de « christianiser » la science est sensible chez Copernic (qui était ecclésiastique) tout autant que chez le « cartésien » Malebranche (1638-1715), qui était oratorien, savant et philosophe.

Mais alors :

si la science moderne représente un état d’achèvement et d’ascèse intellectuelle (donc morale et religieuse) si parfaite de l’esprit humain,  pourquoi notre époque, loin d’être devenue parfaitement chrétienne, est elle matérialiste, c’est à dire selon notre terminologie : ahrimanienne ?

le déclin commence à mon avis juste à la mort de Malebranche (qui se situe la même année que celle de Louis XIV).

« L’explication » que j’avais donnée jusqu’ici était la suivante :

les premières découvertes techniques , qui aboutiront par la suite à l’essor de l’industrie, puis au chemin de fer, à l’automobile, à l’aviation, commencent vers 1720 en Angleterre avec les premières machines à vapeur ; il s’est passé que l’homme, l’homme européen faustien (cf « Le déclin de l’Occident » de spengler) s’est laissé « fasciner » , « enchanter » (au sens diabolique) par cette nouvelle puissance technicienne sur la « nature » (extérieure, pas intérieure ).

Il en a oublié la vocation première de la science, qui est, comme le dit Steiner, d’ordre spirituel !

seulement est ce vraiment une « explication » qui va jusqu’au fond des choses ?

non, plutôt une « description » de ce qui s’est passé !

car la question demeure : pourquoi l’homme s’est il laissé « fasciner » et détourner de sa véritable tâche , fixée par Dieu (ou les hiérarchies spirituelles, selon le vocabulaire anthroposophique), qui était de former un Moi libre capable ensuite de remplir la « mission divine » de l’humanité : remplir le cosmos de sagesse initial par des impulsions d’amour ???

là j’étais bloqué !

seule l’anthroposophie va plus loin, et donne une réponse , mais qui pourra sembler scandaleuse et « politiquement incorrecte » à beaucoup : la science moderne, de chrétienne qu’elle était à ses débuts coperniciens, cartésiens, malebranchistes,  a été « envahie » d’influences ahrimaniennes (matérialistes) que Steiner nomme « arabisme » , et que je nomme pour ma part « islamiques ».

Un auteur comme Robert Powell (dans « 2012 and the coming of Antichrist ») se défend de toute intention « islamophobe », et préfère donc le terme « arabisme » : j’avoue que je ne vois pas très bien comment cela pourrait être jugé « moins incorrect » !

L’Islam n’est rien d’autre qu’une hérésie chrétienne, comme le pense le grand auteur C S Lewis!

L’Islam, ce n’est rien d’autre que le dernier aboutissement des sectes dites nazaréennes ou « ébionites » : c’est un ébionite, Waraqa Bin Nawfal, qui a écrit le Coran, voir mon article :

http://horreurislamique.wordpress.com/2012/03/26/les-origines-nazareennes-de-lislam-et-du-coran/

certes, là aussi, l’anthroposophie a une explication pour l’essor foudroyant de l’Islam au 7 ème siècle, comparable à celui du nazisme : il s’agissait de susciter une « contre-influence », une sorte de « paratonnerre » ,  aux influences démoniaques de l’Académie de Gondishapour, résultant d’une première agression soratienne (= ahrimanienne + luciférienne) contre l’humanité, et visant à la doter 8 siècles avant la date prévue pour l’époque de l’âme de conscience, d’une science comparable à celle du 17 ème siècle.

Cet essor de l’Islam quand il se produit est donc « voulu » par les Hiérarchies, mais cela ne veut pas dire que l’Islam n’est pas anti-christique, et donc de l’ordre du Mal !

De même on a utilisé des bomardements monstrueux pour lutter contre Hitler : cela ne veut pas dire que les bombardements sont le Bien !

bref nous en arrib=vons, de nos jours, à un état de fait où la science, complètement ahrimanisée, n’a plus rien à voir avec ses débuts coperniciens et cartésiens, et est devenue le principal problème au lieu d’être la solution.

Elle ne redeviendra émancipatrice, donc la solution au lieu du problème, que si elle est « dés-ahrimanisée » et « spiritualisée ».

C’est ici qu’interviennent les travaux, tout à fait scientifiques, mais dépassant totalement la science « officielle » (bénéficiant de budgets énormes, dont l’efficacité n’est pas toujours validée, voire pas souvent) , de certains chercheurs comme Nick Thomas, George Adams , Olive Witcher, et bien d’autres…

Ils prennent comme cadre mathématique, comme l’avait préconisé Rudolf Steiner, la géométrie projective, qui correspond exactement à l’ ère de l’âme de conscience, puisqu’elle est la géométire de la « perspective » en peinture, qui émerge  à la Renaissance.

il existe un livre tout à fait intéressant de Nick Thomas :

« Science between space and counterspace »

qui est lisible partiellement sur Google :

http://books.google.fr/books?id=VKqjKfeo3iwC&pg=PA46&lpg=PA46&dq=nick+thomas+science+between+space+and+counterspace&source=bl&ots=bSd6jQSLx_&sig=nH4pg_La0N0qPkx6dN9_ZEIczlc&hl=fr&sa=X&ei=QCX8T43QMqqx0QWqgKmbBw&ved=0CFEQ6AEwADgK#v=onepage&q=nick%20thomas%20science%20between%20space%20and%20counterspace&f=false

Si, comme j’en suis persuadé depuis toujours, la science moderne représente un stade crucial sur le chemin spirituel de l’humanité, rien n’est plus important que de « spiritualiser » cette science enlisée  dans le gouffre « ahrimanien » (ou, selon la terminologie d’Husserl dans la Krisis, dans le naturalisme).

Je me propose donc ici d’étudier cette science « anthroposophique » et goethéenne.

Et, pour commencer, son instrument : la géométrie projective…

Publicités

les ambiguïtés du terme et surtout de la notion de « judéo-chrétien »

je faisais moi même un usage très fréquent de ce terme de « judéo-chrétien » sur mon ancien blog « Recherche de la Vérité ».

Il s’agissait dans mon esprit de « combler » la fracture historique entre juifs et chrétiens, qui s’est traduite au cours des siècles par les horribles massacres que l’on sait, et aussi je l’avoue d’opposer la civilisation occidentale « judéo-chrétienne » à l’islamique.

Seulement je précisais bien, et régulièrement, que l’Occident dont je parlais était celui du 17 ème siècle, de l’émergence de la science moderne et du cartésianisme (et surtout du malebranchisme), et n’avait plus rien à voir avec l’Occident actuel, enlisé dans le matérialisme et le relativisme.

Mais même en prenant ces précautions, tout ce schéma n’était il pas basé sur une simplification grossière ?

je considérais, et je continue à le faire, que le judaïsme « matriciel » et le christianisme qui en est sorti et s’en est peu à peu séparé constituent, pour qui sait voir de manière « subtile », un processus spirituel UNIQUE; et je le « démontrais » sur l’ancien blog au moyen notamment des découvertes sur les NOMBRES bibliques, aussi bien en gématrie de l’hébreu que du grec, qui sont celles par exemple de Vernon Jenkins :

http://homepage.virgin.net/vernon.jenkins/index.htm

ainsi  la valeur des 28 lettres hébraïques du premier verset de la Torah soit un nombre triangulaire :

2701 = 37 x 73 = T(73) = 1 + 2 + 3 + … + 72 + 73

la valeur des lettres grecques du premier verset de l’Evangile de Jean est :

3627 = 39 x 93

qui n’est certes pas triangulaire mais qui est un produit de deux nombres « en miroir » : 39 et 93 sont formés des mêmes chiffres lus en sens inverse, comme 37 et 73

et la somme de 3627 et 2701 est un nombre triangulaire :

3627 + 2701 = 6328 = T(112) = 1 + 2 + 3 + .. + 111 + 112

tout cela étant résumé (avec bien d’autres propriétés surprenantes) sur la figure ci dessous:

http://homepage.virgin.net/vernon.jenkins/First_Princs.htm

http://www.whatabeginning.com/SUPER/SUPER_S.htm

http://www.fivedoves.com/revdrnatch/112th_Triangle.htm

Et il y a aussi bien sûr la totalité de la Bible en 66 (nombre triangulaire ! ) livres (Ancien et Nouveau Testaments) qui forme une « Roue » et est visiblement un Tout – UN :

http://www.biblewheel.com/wheel/wheel.asp

tout cela est solide : mais alors pourquoi ne pas dire simplement « chrétien » à la place de « judéo-chrétien » s’il s’agit d’un processus UN et unique ?

la réponse est évidente : à cause des évènements historiques, de la séparation, des pogroms, de l’antisémitisme, etc…

on veut certes marquer l’unité, mais sans oublier les différences !

Je ne puis évidemment qu’être sensible à ce genre de raisons.

Mais il se trouve que « judéo-chrétien » risque d’avoir un sens tout autre que celui qui est visé ici; cela est expliqué notamment à la fin du livre fort instructif de Pierre Antoine Bernheim (mort hélas prématurément en 2011) :

« Jacques frère de Jésus »

selon cet auteur, les judéo-chrétiens sont les héritiers des conceptions de Jacques, « représentant d’une Eglise primitive profondément enracinée dans la tradition juive » (conceptions dont témoigne l’Epître de Jacques) , et ils s’opposent aux « pagano-chrétiens » , ou « pauliniens », héritiers des conceptions de l’apôtre Paul, qui ont finalement prévalu.

Mais que sont devenus les « judéo-chrétiens » ?

d’abord les ébionites, puis les… musulmans, tout simplement !

puisqu’il est avéré que c’est un (ou plusieurs) moine ébionite qui a écrit le Coran, et que l’Islam n’est autre que le stade ultime de la religion « nazaréenne » , voir sur tout cela mes articles qui donnent des tas de liens :

http://horreurislamique.wordpress.com/2012/03/26/les-origines-nazareennes-de-lislam-et-du-coran/

http://mathesis.blogg.org/page-le_rabbin_ebionite_waraqa_bin_nawfal_est__le_gourou_pervers_qui_a_ecrit__le_coran_et_cree_l_islam-835.html

http://mathesis.blogg.org/page-qui_sont_les_veritables_auteurs_du_coran__-761.html

autant dire qu’il s’avère disons…contre-indiqué d’ utiliser le terme « civilisation judéo-chrétienne » pour séparer la civilisation européenne de l’islamique.

Une séparation qui a eu lieu, et résulte des guerres de conquête de l’espace européen, qui ont été perdues par l’Islam.

Emil Bock parle (dans « Césars et apôtres ») du fanatisme ébionite, et il ajoute que son influence a dû être considérable.

Mais il y a plusieurs manières de « choisir la voie du paulinisme » :

-celle de Badiou, rigoureusement athée, qui admire Saint Paul comme « fondateur de l’universalisme » et le considère un peu comme le premier communiste

-celle, choisie ici, inspirée de Rudolf Steiner et d’Emil Bock , selon qui Paul a eu véritablement une expérience spirituelle de rencontre avec l’entité du Christ, expérience qui conditionne tout le devenir-chrétien ultérieur…

l’anthroposophie donne de plus une explication satisfaisante du terme « pagano-chrétien » : « pagano » se réfère aux « religions à Mystères » plutôt qu’aux religions prétendûment « idolâtres » ou « polythéistes ».

La caractéristique du judaïsme est d’avoir supprimé les Mystères : c’était nécessaire pour préparer la venue du Christ , où les Mystères, loin d’être « cachés » au profond du Temple, accessibles aux seuls « initiés », seraient « visibles » à tous les hommes sur la scène du monde.

Il le fallait pour préparer l’ère de l’âme de conscience, à partir de 1413, où les hommes acquièrent la liberté, par le combat intérieur contre le Mal, et l’autonomie pour s’élever dans le monde spirituel selon les forces de leur conscience claire, et non pas plongée dans un état « spécial » par les rites de l’initiation aux Mystères.

Cette époque correspond aussi à l’émergence de la science moderne, mathématique, qui n’est pas rupture avec le christianisme mais continuation et approfondissement du christianisme ….