Archives du mot-clé homosexualité

Le scandale du mariage gay

Question préliminaire : pourquoi parle t’ on du mouvement L G B T ( lesbiennes gay bi trans) , et quand il s’ agit de mariage fait on sauter le B et le T ??
Car je n’ai jamais entendu parler de mariage bi ou trans !?
Mais peut être ne suis je pas assez « in » ?
D’ ailleurs que pourrait être un mariage bi ?
Procédons par voie démonstrative, comme Descartes ….
S’il s’agissait d’un mariage entre un homme bi et une femme lesbienne ( apparemment seules les femmes peuvent être lesbiennes, ce qui constitue une discrimination inacceptable, mais je ne connais pas tous les détails), alors cette femme serait bi, même chose pour un mariage entre une femme bi et un homme gay…
Nous venons donc de démontrer, avec une rigueur conceptuelle qui laisserait Euclide pantois, qu’un mariage bi , s’ il existe, est un mariage entre un homme bi et une femme bi !
Mais alors ne serait ce pas la version moderne du ménage à trois cher au théâtre de boulevard ou de la partouze de nos grand-mères ?
Car mettons que Madame, qui est bi, prenne une maîtresse …. Il le faut, car si elle était fidèle, ou ne prenait que des amants, elle ne serait pas bi, mais une pauvre conne hétérosexuelle qui s’envoie en l’air !
Mais alors Monsieur , qui est bi, ne risque t’ il pas, pour se venger, de prendre la maîtresse de sa femme bi comme partenaire, en y ajoutant un ou des amants, pour bien faire savoir qu’il est bi, et pas un pauvre con hétérosexuel qui est trompé par son épouse …. Et ces amants sont ils bi, gays ?
On s’ y perd !
D’autant plus que la démonstration dont nous étions si fiers est peut être … fausse !
Car ne peut il aussi y avoir des mariages bi entre deux femmes bi, ou deux hommes bi ??
Je commence à comprendre le législateur, qui refuse de s’aventurer dans ce genre de gouffre intellectuel et moral !
Mais revenons au bon vieux mariage gay des familles, qui sera bientôt possible en France … À la mairie en tout cas…et aussi à l’église ?
Possible !
En tout cas pas a la mosquée, ou alors y a des détails qui m’ont échappé !

Je dis qu’ il s’agit d’un concept incohérent, comme « cercle carré » : car un mariage est par définition une union entre un homme et une femme, dans le but de procréer et de fonder une famille !
Pas dans le but de partir en vacances tous les ans à Djerba, ni de regarder ensemble à la télé « Le commissaire est une femme »…
Je dis aussi que cette prétendue « avancée » n’ à été possible que grâce à un terrorisme « politiquement correct » qui se base sur un sophisme mettant en avant une prétendue discrimination qui priverait les gays et lesbiennes d’ un prétendu droit qui serait réservé aux hétérosexuels.
Le mariage n’est pas un droit, mais un devoir envers la société !

Devoir consistant à perpétuer dans le futur une nation, un peuple, et son identité ethnique : on ne se marie donc pas avec « qui nous plaît », escomptant les plaisirs sexuels à venir avant l’inévitable lassitude et disparition du désir suivie de divorce ou bien « nomadisme sexuel » (ce qui ne vaut guère mieux), mais avec un conjoint ou conjointe du même peuple, ou bien un étranger ayant la volonté de s’assimiler totalement.
Et un devoir souvent très exigeant et dur, comme nos ami(e)s G et L vont bientôt l’apprendre, menant souvent de nos jours à des divorces destructeurs à la fois pour le couple et les enfants !

Mais il est vrai que tout ceci n’a plus guère de sens après l’autorisation de MEURTRE (un avortement est un meurtre) donnée en 1975, résultant en un génocide et le « grand remplacement » des 7 ou 8 millions d’enfants européens, chrétiens ou juifs, assassinés par des enfants venus d’ailleurs, et musulmans pour la plus grande partie d’entre eux…

Publicités

ce ne doit pas être le même Proust

Cela fait longtemps que j’ai lu, d’une traite et in extenso, la « Recherche du temps perdu », cela remonte à la fin de mes années d’étudiant, dans cette zone indécise et « brouillée » qui précède l’entrée dans la vie dite « active » (c’est à dire où l’on ne fait rien, comme le dit le beau poème de Pierre Emmanuel dans « Jacob » : « je travaille je ne fais rien je fais mes quarante heures »)

et juste après j’ai lu « La montagne magique« , que je place bien au dessus; les deux oeuvres portent sur le Temps, mais Proust ne peut s’élever au dessus d’une conception « mondaine » pour accéder à une compréhension « hermétique » et spirituelle qui est celle de Thomas Mann .

Or voici qu’il y a quelques jours je me laisse aller à regarder, sur Arte, le téléfilm réalisé par Nina Companeez et adaptant la Recherche

Nina Companeez est une excellente réalisatrice, mais pourquoi a t’il fallu qu’elle cède aux tendances de l’esprit du temps, avec cet accent exclusif donné à l’homosexualité , et notamment aux scènes de lesbianisme, en particulier dans l’épisode 2 ?

bien entendu je ne veux certainement pas nier que cet aspect soit présent dans l’oeuvre de Proust, surtout avec l’entrée en scène du baron de Charlus… mais en regardant la partie 2 du téléfilm, et si l’on n’a pas lu le livre, on a vraiment l’impression qu’il s’agit du thème principal !

or celui ci est le Temps, et l’accès « platonicien » (par l’art, selon Proust) à une « vision » qui en quelque sorte transcenderait le temporel pour arriver au « Présent éternel » dont parle Brunschvicg (qui était un ami de Proust).

C’est un lieu commun de faire remarquer l’influence de la théorie de la relativité d’Einstein sur Proust, qui avait été très impressionné par les « résultats » de la relativité restreinte, celle de 1905; seulement de son propre aveu il n’avait aucune connaissance mathématique, et il avait sans doute dû se contenter d’en rester aux niveaux « vulgarisés ».

http://www.fabula.org/revue/document688.php

http://fr.wikisource.org/wiki/Page:NRF_19.djvu/253

http://www.liceoberard.org/public/classi/5dchb/dossier%20proust%205D.pdf

Je n’ai pas le texte sous les yeux, mais il est évident que certaines descriptions de la fin, où le narrateur vieillissant retrouve les principaux protagonistes dans un « salon mondain », après guerre, et les voit comme « montés sur des sortes d’échasse » qui en font des sortes de « géants », ces sortes d’image donc sont une adaptation des notions de ligne et volume d’univers dans la relativité.

Les personnages apparaissent comme des « géants » en hauteur parce que la « hauteur » des échasses correspond à la dimension temporelle dans l’espace temps de Minkowski qui est celui de la relativité restreinte , et que compte tenu du facteur multiplicatif c (c = vitesse de la lumière) l’ordre de grandeur de cette « dimension » est très grand par rapport à celui des trois autres dimensions, celles d’espace…

seulement cette image est…fausse !

car c’est oublier que nous nous trouvons, mathématiquement, dans un espace minkowskien, « pseudo-euclidien » et non pas euclidien, et que le facteur t du temps doit être multiplié non seulement par c mais aussi par le nombre imaginaire i, pour que l’on puisse former une norme « pseudo-euclidienne » qui soit :

x^2  + y ^2 + z^2 + (ict) ^2 = x ^2  + y ^2 + z ^2  – (ct) ^2

L’image des « échasses » oublie simplement ce facteur i, et traite la quatrième dimension, temporelle, comme si elle était « comparable » aux trois autres, c’est à dire comme si nous étions dans un espace euclidien à 4 dimensions !

Le « salut spirituel » proposé par Proust, consistant à « retrouver » des sensations de passé au moyen de sensations du présent, est profondément « matérialiste »!

Il ne correspond en rien à ce que Brunschvicg savait dès 1900, dans « Introduction à la vie de l’esprit » , et qu’il décrit dans ces lignes merveilleuses (écrites bien plus tard, dans « Raison et religion ») opposant ce qui est d’ordre « vital » et ce qui est d’ordre « spirituel » :

« le propre de l’esprit est de s’apparaitre à lui même dans la certitude d’une lumière croissante, tandis que la vie est essentiellement menace et ambiguïté. Ce qui la définit c’est la succession fatale de la génération et de la corruption. Voilà pourquoi les religions, établies sur le plan vital, ont beau condamner le manichéisme, il demeure à la base de leur représentation dogmatique… ce qui est constitutif de l’esprit est l’unité d’un progrès par l’accumulation unilinéaire de vérités toujours positives. L’alternative insoluble de l’optimisme et du pessimisme ne concernera jamais que le centre vital d’intérêt; nous pouvons être et à bon droit inquiets en ce qui nous concerne de notre rapport à l’esprit, mais non inquiets de l’esprit lui même que ne sauraient affecter les défaillances et les échecs, les repentirs et les régressions d’un individu, ou d’une race, ou d’une planète. Le problème est dans le passage , non d’aujourd’hui à demain, mais du présent temporel au présent éternel. Une philosophie de la conscience pure, telle que le traité de Spinoza « De intellectus emendatione » , en a dégagé la méthode, n’a rien à espérer de la vie, à craindre de la mort. L’angoisse de disparaitre un jour, qui domine une métaphysique de la vie, est sur un plan; la certitude d’évidence qu’apporte avec elle l’intelligence de l’idée, est sur un autre plan »

Cette conception brunschvicgienne du « redressement spirituel » et du « présent éternel » a tout à voir avec l’accès au « monde spirituel » de Rudolf Steiner, et absolument rien avec le matérialisme proustien, qui en reste à l’ordre du vital et de la « sensation » !

la sensation…fuit, par définition, et définitivement : comme le savent tous les « libertins » de la terre, le souvenir d’une nuit avec cette si belle femme il y a 30 ans n’apporte  …. aucun bonheur, rien que brûlantes frustrations…

et comme le savent tous les ivrognes de la terre, la bouteille de vodka est toujours vide, au petit matin !

et elle ne se remplit pas de nouveau par un acte du Saint Esprit !

Le « voyage dans le temps »  obsède tant de nos contemporains depuis H G Wells, pour des raisons inavouables : se donner une seconde chance de rebattre les cartes après avoir raté sa vocation spirituelle et en être resté justement au niveau des « sensations »…seulement si l’on « retournait dans le passé » sans changer réellement, la vie « nouvelle » que l’on aurait serait en somme la « même » que la première !

un tel « retour dans le passé » est , on le sait, proscrit par les équations de la relativité autant que par le bon sens… oui je sais il y a les solutions aux équations de la RG d’Einstein trouvées par Kurt  Gödel en 1947 qui semblent déboucher sur une CTC (« closed timelike curve ») seulement leur réalisation font appel à une roue génate qui devrait tourner à « au moins la moitié de la vitesse de la lumière » !

http://en.wikipedia.org/wiki/Closed_timelike_curve

si vous arrivez à construire un tel dispositif, et surtout à faire tenir dessus un « voyageur temporel », faites moi signe !

et surtout dites lui de bien attacher sa ceinture et de ne pas trop manger le matin du grand départ !

au voyageur temporel , pas à Proust !

non, le véritable « voyage temporel », il est celui réalisé par Steiner et lui permettant de « voir dans la chronique de l’Akasha », c’est  à dire sur le « mur des siècles » qui est aussi apparu à Victor Hugo !

J’adore les madeleines, les sonates, et les jeunes filles en fleur : mais j’ai d’autres projets dans la vie que le broute-minou permanent au bord de la plage, comme nous le donne à voir Nina Companeez !

les racines homosexuelles du nazisme

Le livre « Pink Swastika » est accessible ici :

http://www.defendthefamily.com/pfrc/books/pinkswastika/html/the_pinkswastika_4th_edition_-_final.htm

bien entendu, le « soleil noir » (ou « continent noir ») du nazisme n’est pas « explicable » (s’il l’est) uniquement par ce genre de facteurs (qui, plus généralement, regroupe ce que nous pourrions caractériser comme des dépravations et des perversions sexuelles inimaginables, notamment chez TOUS les chefs nazis, Hitler inclus).

Il y a aussi les « racines occultistes » , qui ont été bien mises en lumière par Nicolas Goodrich-Clarke dans « Les racines occultes du nazisme »:

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Occult_Roots_of_Nazism

http://books.google.fr/books?id=9hMP5ZMu6bIC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

ces « racines occultistes » sont anglo-saxonnes : Rudolf Steiner a démontré qu’Ahriman (= Satan)  a « choisi » depuis 5 siècles les peuples anglo-saxons pour transmettre son influence à l’humanité, voir là dessus ce que dit Terry Boardman (anglo-saxon !) sur son site dont j’ai donné le lien ici :

https://ahrimanfaust.wordpress.com/2012/07/02/anthroposophie-et-theories-du-complot-terry-boardman/

pour dire les choses clairement : je suis persuadé qu’Hitler est l’exacte antithèse (satanique ET luciférienne) de Rudolf Steiner (chrétien, ou « christique » pour rester « laïques » ), qui a annoncé avant sa mort la « Bête montant de l’abîme » pour 1933 !

ce qui a effectivement eu lieu !

mais bien sûr il faudra justifier cette affirmation, et je consacrerai une grande partie de mon travail à cela…signalons toutefois qu’il existe déjà un grand nombre de liens allant dans cette direction, mais ils sont anthroposophiques, donc ils seront refusés par les « vertueux censeurs » comme étant « juge et partie » !

je donne quelques liens là dessus :

http://www.triarticulation.org/essays/2000-04-001.html

http://www.waldorfanswers.org/AnthroposophyDuringNaziTimes.htm

http://www.defendingsteiner.com/refutations/Bruce_Walton.php

http://uncletaz.com/waage/waagenglish2.html

http://www.uncletaz.com/henrywaldorf.html

le caractère satanique (ahrimanien) de la pornographie

Nadjat Belkacem, qui est à 34 ans ministre et porte parole du gouvernement Ayraud, veut « abolir la prostitution » (« le plus vieux métier du monde », qui existe paraît il depuis la nuit des temps) :

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Najat-Vallaud-Belkacem-veut-faire-disparaitre-la-prostitution-_NG_-2012-06-25-822918

une réponse assez fine dans Causeur :

http://www.causeur.fr/vous-qui-voulez-interdire-la-prostitution,18147

par contre aucun projet pour « abolir » la pornographie !

cherchez l’erreur !

non ne cherchez pas : il n’y en a pas !

ces gens là, ou plutôt ceux qui tirent les ficelles de ces « marionettes », ne font jamais d’erreur, et tout ce à quoi nous assistons médusés depuis 40 ans ou plus est VOULU !

dans un récent ouvrage, « La société pornographique », Jean-Paul Brighelli démontre pourtant les conséquences désastreuses de la pornographie accessible maintenant à tout le monde par Internet, sur les consciences.

On est en train de fabriquer des générations d’esclaves de la « pulsion » la plus primaire et de sa satisfaction immédiate !

mais alors s’il n’y a plus la prostitution ?

Eh oui ! en apparence on appuie sur le frein sans relâcher la pression sur l’accélérateur !

cela dit, la prostitution n’a aucune chance de disparaître avant.. longtemps !

avant les années 7000, si l’on en croit Rudolf Steiner, puisque la sexualité telle que nous la connaissons devrait disparaître à partir de cette époque !?

Nadjat sera morte depuis longtemps en ce temps là !

donc si elle n’est pas naïve (accordons le lui) elle est … stupide !

mais ça nous le savions déjà : les domestiques d’Ahriman accomplissent mieux leur « travail » quand ils sont bêtes !

Brighelli rappelle que l’industrie pornographique génère des bénéfices gigantesques , engrangés par des grands groupes très connus !

Ceci explique cela !

une « catégorie » spécialement démoniaque de la pornographie est celle dite « interraciale » , qui semble « branchée », « cool », appelant à la tolérance et luttant « contre la haine » (pour un peu, ils se diraient « antinazis » !)

En fait c’est tout le contraire : les femmes blanches qui se livrent à des Noirs (très peu à des asiatiques, pourquoi ? la réponse est dans « Sagesse païenne foi chrétienne, voir : http://spfc441.blogspot.fr/2009/03/derriere-le-voile-de-la-sexualite.html) devant la caméra sont insultées, traitées de tous les noms les plus sales.

Seulement ces dépravations ignobles influencent de plus en plus la société dite « normale » et favorisent, sous couleur de « tolérance », un chaos sexuel et racial qui ne peuvent aboutir que des catastrophes inouïes.

Le grand résistant Henry Makow a aussi compris que la pornographie est une attaque (ahrimanienne, mais il ne connaît pas ce terme sans doute)  contre la sexualité « normale », qui a pour fonction « naturelle » la procréation :

http://www.henrymakow.com/001421.html

la stratégie ahrimanienne vise à destituer le « normal » et à faire croire que le pathologique (à savoir la promiscuité sexuelle, la bisexualité, l’homosexualité, etc..) est le normal; d’où le mariage gay, la pornographie envahissante.

« All porn is gay »

merci à Makow pour ce slogan si juste !