Archives du mot-clé littérature

La montagne magique, Ahriman, Lucifer et l’anthroposophie

Commençons par le plus simple, qui est aussi le plus difficile : la première chose qui vient à l’esprit, pour un lecteur attentif et « réflexif » de Zauberberg, c’est la polarité qui agit sur l’âme du héros, de Hans Castorp : polarité entre le haut et le bas, entre la « vie dans la plaine » (qui était son destin prévisible d’ingénieur naval, avant qu’il ne découvre son « talent pour la maladie » à Davos) et la vie chez ceux d’en haut.

Une polarité qui est aussi symbolisée par les deux « forces » qui s’exercent sur Hans Castorp à travers les deux personnages principaux que sont Settembrini et Naphta.

Settembrini est évidemment le représentant de l’esprit des Lumières, privilégiant la raison, les sciences modernes, l’action dans le monde, la liberté de conscience individuelle, toutes choses d’ailleurs très sympathique.

Naphta, le jésuite, le « né juif » converti au catholicisme, représente le pôle inverse : dogmatisme, mysticisme, irrationalisme, ou plutôt peut être limitation de la raison à des tâches pratiques et serviles, supériorité de la foi et de la théologie sur la philosophie rationnelle, obéissance à ce qui est imposé d’en haut par une hiérarchie spirituelle (c’est ce qui distingue le catholicisme du protestantisme).

Quant à Castorp, il est le représentant de l’humanité moderne, semblable à cela au Faust de Goethe (on ne comprend d’ailleurs pas grand chose à l’ouvrage de Thomas Mann si l’on ignore Goethe)

Si l’on a lu quelques ouvrages anthroposophiques, on ne peut pas ne pas penser au couple des puissances adverses de l’humanité que sont Lucifer et Ahriman.

Ahriman, la puissance qui pousse à l’incarnation terrestre et à ses limitations, est évidemment le côté où penche Settembrini; et Lucifer est le côté où penche Naphta.

Mais peut on pour autant dire que Settembrini est le représentant d’Ahriman et Naphta celui de Lucifer ? non, car ce serait trop simple, voire simpliste…

nous devons ici tenir compte du côté dialectique des « choses spirituelles ».

Commençons par Settembrini, puisqu’ il est celui qui est introduit le premier dans le roman, bien avant Naphta.

Pour comprendre ce qu’est Ahriman, et étudier en relation avec ce savoir les faits et gestes de Settembrini, le mieux est évidemment de se reporter aux écrits de Rudolf Steiner. Mais il existe sur Internet un texte en anglais, écrit par Robert Mason, qui semble utile pour notre propos : « The advent of Ahriman: an essay on the deep forces behind the world-crisis » »:

http://www.altanthroinfo.9f.com/ahriman.htm

Mais bien sûr le livre crucial de Rudolf Steiner pour comprendre ces choses est : « Lucifer et Ahriman, leur influence dans l’âme et dans la vie »; or il en existe une version anglaise accessible à l’adresse suivante :

http://www.hermetics.org/pdf/steiner/Rudolf_Steiner_-_Lucifer_Ahriman_Asuras.pdf

voir aussi :

http://www.doyletics.com/arj/landarvw.htm

http://www.bibleandanthroposophy.com/Smith/main/burning_bush/charts_tabs/i32.html

http://wn.rsarchive.org/Lectures/Places/Dornach/19141120p01.html (cours de Steiner)

http://books.google.fr/books?id=RWnnfwRivb8C&dq=steiner+lucifer+ahriman&printsec=frontcover&source=bl&ots=Gc0hKnMOc7&sig=-eQy8s8tZzs02kw_dp08zlGm7W4&hl=fr&ei=kU95SuqMC5bLjAeS4qW9Bw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=5#v=onepage&q=&f=false

http://8esphere.blogspot.com/2007/09/machine-planet-our-future.html

 

Publicités

« Comment c’est » de Samuel Beckett : situation de l’homme post-moderne « post-faustien »

si tout ça tout ça oui si tout ça n’est pas comment dire pas de réponse si tout ça n’est pas faux oui

tous ces calculs oui explications oui toute l’histoire d’un bout à l’autre complètement faux oui…

et cette histoire de procession pas de réponse cette histoire de procession oui jamais eu de procession non ni de voyage non…

non jamais eu personne non que moi pas de réponse que moi oui ça alors c’était vrai oui moi c’était vrai oui

et moi je m’appelle comment pas de réponse

MOI JE M’APPELLE COMMENT hurlements bon

que moi en tout cas oui seul oui dans la boue oui le noir oui ça tient oui la boue et le noir tiennent oui là rien à regretter

que moi oui seul oui avec ma voix oui mon murmure oui quand ça cesse de haleter oui tout ça tient oui de plus en plus fort oui

DE PLUS EN PLUS FORT oui aplati sur le ventre oui dans la boue oui le noir oui là rien à corriger non les bras en croix pas de réponse

LES BRAS EN CROIX pas de réponse OUI OU NON oui

seul dans la boue oui le noir oui sûr oui haletant oui quelqu’un m’entend non

personne ne m’entend non murmurant quelquefois oui quand ça cesse de haleter oui pas à d’autres moments non

dans la boue oui moi oui ma voix oui pas à un autre non

 à moi tout seul oui sûr oui quand ça cesse de haleter oui de loin en loin quelques mots oui quelques bribes oui

que personne n’entend oui mais de moins en moins pas de réponse

DE MOINS EN MOINS oui

alors ça peut changer pas de réponse finir pas de réponse

je pourrais suffoquer pas de réponse

m’engloutir pas de réponse

plus souiller la boue pas de réponse

le noir pas de réponse

plus troubler le silence pas de réponse

crever pas de réponse

CREVER hurlements

JE POURRAIS CREVER hurlements

JE VAIS CREVER hurlements bon »